Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publications - Bon de commande

A. Korzybski, livres et traductions

Articles Sémantique Générale

Sémantique Générale et physique quantique

Sémantique générale et sciences humaines


Pour une économie non-aristotélicienne (blog)

Autres articles non-A

Bibliographie 

Un + un = trois

1 + 1 ne font 2 qu'en arithmétique. En ce qui concernent les relations humaines, en fonction de la non-additivité mathématique, le résultat d'une collaboration entre deux êtres humains est supérieur à la somme des parties : 1 + 1 = 3 (principe de non-additivité).

William Burroughs et Brion Gysin ont appelé ce phénomène "the third mind", le "tiers-esprit" (voir leur livre "The Third Mind", traduit par "Oeuvres Croisées") :

"Gysin : ... lorsque vous associez deux esprits...

Burroughs : ... Il y a toujours un tiers esprit...

Gysin : ... Un tiers esprit supérieur...

Burroughs : ... Comme un collaborateur invisible."

"Œuvres Croisées".

Pour avoir expérimenté ce principe dans deux cadres complètements différents, d'abord dans le groupe B 23, un groupe éducatif en hôpital psy, puis dans celui du réseau Interzone, appliqué à l'échelle d'un ensemble de gens, le résultat de la collaboration a dépassé de très loin mes attentes de départ, augmentant de manière exponentielle avec le nombre de gens : voir les résultats tangibles dans le livre "le Carrefour des Impasses", et les rapports d'activité du réseau Interzone depuis 1997.

La structure de relation adoptée dans ces deux groupes est similaire à la structure des organismes vivants définie de Henri Laborit , une structure de non-dominance, de complémentarité, d'interdisciplinarité et d'ouverture informationnelle.

"Dans un organisme vivant, chaque cellule, chaque organe, chaque système ne commande à rien. Il se contente d'informer et d'être informé. Il n'existe pas de hiérarchie de pouvoir mais d'organisation, c'est-à-dire de complexité :

- niveau moléculaire (à rapprocher du niveau individuel),

- niveau cellulaire (à rapprocher du niveau du groupe social),

- niveau des organes (à rapprocher du niveau des ensembles humains assurant une certaine fonction sociale),

- niveau des systèmes (nations),

- niveau de l'organisme entier (espèces).

Chaque niveau n'a pas à détenir un pouvoir sur l'autre mais à s'associer avec lui pour que fonctionne harmonieusement l'ensemble par rapport à l'environnement. Mais pour que chaque niveau d'organisation puisse s'intégrer harmonieusement à l'ensemble, il faut qu'il soit informé de la finalité de l'ensemble et, qui plus est, qu'il puisse participer au choix de cette finalité." (Henri Laborit, "La Nouvelle Grille", Ed. Robert Laffont, p. 121 et 122.)

Cette structure de relation correspond à un modèle de relations non-aristotéliciennes, en raison de la similarité de structure avec l'organisme humain.

Isabelle AUBERT-BAUDRON

Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publications - Bon de commande