Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande

A non-Aristotelian economy / Une économie non-aristotélicienne : restructuration : II. Application of those data in the context of the Zone / Application de ces données dans le contexte de la Zone


(liens actualisés le 08 04 2010)

A. Korzybski, livres et traductions

Articles Sémantique Générale

Sémantique Générale et physique quantique

Sémantique générale et sciences humaines

Pour une économie non-aristotélicienne (blog)

Autres articles non-A


Interzone Editions

1.Why an economical organization ?

Since two years, we have been producing a number of artistic works in several domains : writings, music, painting, etc. , with simple means not requiring big money investment. We want to distribute ourselves those productions, so we have been creating Interzone Productions.

In the frame of the group, we have been exchanging those productions for free. Now if we want to sell them outside, we got to have a legal status, society, association, etc. Though a number of Zoners would prefer us to remain free, and due to the complexity of getting such a status, do not want to loose time and energy into it, to the detriment of time for creation.

2. The value and market of art :

a) Misuse of the functions of culture and art:

Officially the value of art on the market depends in a large part on the people who control its production and distribution : publishers for writings, galleries for paintings, producers for music, artistic agents, museums, cultural associations, etc. They are intermediaries between the artists and the public, live from art dealing, but do not produce anything themselves. The artist is not considered as a partner in business: he is supposed to be in another world, lost in his dreams, so needs other people to take the financial aspect in charge in his name.

The problem is that the value of art depends on the money those intermediaries can get from it: if it can bring them money, or fame, they will recognize it. But if not, they will ignore it, and the public won't access to it. Culture is not evaluated anymore in function of its human value as it was at the time of humanism, but in function of its financial value. It first becomes a way to earn money and to have a position of leadership, independently of its effective artistic and human value.

The product of human creativity is recognized only in function of those criteria. If it puts them in question or is out of the frame of instituted values, he has no right to exist and is excluded. Hence conformism and elitism in culture, which functions are misused to become an instrument in the hierarchic system of power, integrated and recuperated by this system as far as it reinforces it.

b) relative value of artists' life:

As art is recognized only if it brings money to people involved in its production and distribution, it gets an absolute value, more important than the value of the artist himself: Brion Gysin had to sell his archives to eat in 1982. Today dreamachines are sold on the net at expensive prices, though he did not get any cent from it when alive. My translation of Victor Bockris' book was paid to me 6000 Fr in 1985, $ 923, my monthly salary as a nurse at this time.

So what is this game which consists in earning money with creativity of other people without giving them the means to live decently ? This is robbery and misuse of art, illegitimate in a democratic regime where access to culture is supposed to be accessible to all , and without relation with the manifesto of humanism : "Homo sum, et nihil humani a me alienum puto"I am human, and I think that nothing human is stranger to me.", which rests on inclusion of all humans in the same set.

3. Who is judge of the value of art ?

Most of the time , before an artist starts to earn the least cent with his work, he got first to invest time and money in those intermediaries, who often come to earn more money than him from his art. In other words, he got to pay first, hoping to earn money from his work

If I'm a worker, let's say a carpenter, I deal directly with the public : if the clients are satisfied with my work, they will come again; if not, they won't. So the people can judge by themselves the value of my work in function of the utility it has for them.

But if I'm an artist, the official organization does not allow me to deal directly with the public out of those intermediaries. Hence, if I want to deal directly with eventual clients, I got to produce and distribute by myself.

This is hard to put up alone. Though in the frame of the Zone, due to the type of relations we have set up, we proved we are able to make it.

4. Which symbol of exchange in the frame of the Zone ?

As long as we trade our art in the Zone, we do not need any official structure: we constitute of society de facto, in the frame of which we can buy or sell on the base of a common agreement as long as we do not deal with the public. We can use official currencies, or other symbols of exchange. As we create our art ourselves, we got no problems of copyright : our work belongs to us.

Though, for payments we cannot use credit cards, and if the buyer is in a different country than the seller, the currencies will be different, and the transfer of money through banks implies fees and expenses to convert a currency into another.

So having a different symbol of exchange from money would solve those problems.

Now this requires to decide between us on which value this symbol of exchange will rest : we got no gold at our scale, and it's useless to us. So we got to find something which the Zoners have got and which they value.

If we want to extend this symbol out of the Zone, then it must have a value for the other people who will use it, for them to accept it as a symbol of exchange.

 5. Which values have we got ?

a) our creations :

We are exchanging and gathering them, and since two years, they got a value for us, otherwise we would no bother with them.

About the writings, you guys cannot see the work done as I got all the files, but it's huge (see the catalog): the 9 tomes of the Time of the Naguals : which are from 68 pages to 150 pages thick. The first tome on Burroughs and Gysin is ready, as well as the cut-ups tome. Some more texts have to be added in the tome of poems, the tome of articles is practical ready too, just the pagination has to be fixed. The other tomes have to be ordered.

Also 2 tomes in French : the tome on Burroughs and Gysin, plus the writings of the French speaking Zoners, and the « Département de sémantique générale, de philosophie et d'histoire », all in French: 103 pages.

I'm not a literary authority able to judge the value of those books. Though I must say I love them, otherwise I'd not spend all this time on it. And I'm proud of the contents, and the Zone's work, which is great to my taste.

We got a whole bunch of illustrations of all kinds, original Burroughs' and Gysin's pics and collages, which can illustrate beautiful post cards, easy to sell and spread.

For the music, two CD are being prepared, which should come out during the year.

Those creation have no financial value for us as such, they have a human value, because we take pleasure in creating them and fun giving them and receiving them.

One important point: we are the only people who produce them, and as we control their distribution, we got the monopoly of them.

b) our own information:

We have been gathering a specific information in several domains, starting from our common interest in Burroughs and Gysin, and our respective domains of knowledge. So we have produced a specific information in function of our human needs and interests, which is available nowhere else.

c) our human resources:

Money is a resource. Though even if we got none, we got human resources: time, energy and brain work, plus a number of capacities inherent to mankind.

d) our community and the relations we have set up in this frame:

We have been applying since the beginning the Burroughsian concept of Johnson family, and this works well : We can count on each others in case of problem, and this is to me the most important aspect of the group. "The Zone takes care of its own".

This is important, because when we face hard situations, we got a whole bunch of Johnsons who can help J and this can change the scenario completely from a negative one to a positive one. The Zone plays the part of the non prerecorded, unforeseen factor in a prerecorded world: "Introduce one unforeseen and therefore unforeseeable factor, and the whole structure collapses like a house of cards."

6. To get out of the system of subventions and assistance to put up a culture at the people's service :

A part of artistic groups have created associations which get subventions from institutions. This leads to a financial dependence and avoids to think about other ways to get money. As the attribution of the money is not proportional to the public usefulness of the productions, and as their use is sometimes not conform to the aims of the start, this system may lead to a reject of a part of the citizens who do not access to culture, who see here a spoil of public money and considers artists as a cast of pretentious parasites cut from social surrounding and kept by it.

Though it is possible to get out of it in introducing directly art and culture in society, through the creation, by artists themselves, of places of conviviality opened to all, as bars and cafes, where to put art and culture to the people's disposal, while offering them a quality of relationship which is lacking nowadays.

We can invent places which would restitute to art and culture their humanist dimension. Not an art and a culture mummified in museums, filtered through pre-recorded patterns, reserved to an elite and giving the people the feeling they are "not intelligent enough to understand", but opened and accessible to all and allowing to everybody to discover the artist in himself. On one side, such places would free the artists from their status of beggars while allowing them to live from the direct sale of their respective arts, and restoring their independence and their dignity to them. On the other side, they would constitute places of life likely to improve the quality of relationships between citizens and to help to reduce social tensions. They would allow us to put up a culture at the people's service, conform to André Malraux's spirit.

7. A zone of free exchange:

The conclusion I come to is that any symbol of exchange is a priori acceptable as far as the buyer and the seller agree on it. As we have different resources at our disposal, why choose one particularly which would be uniform to everybody ? If people wish to pay with money if they got some, great. If they got none, they can make it with what they have at their disposal. It would be astonishing if we cannot agree on a resource which presents for us a given utility.

Let's take the case of a CD made in US, the price of which would be $10 = 65 Fr (this is an example, not a real CD). If I am a buyer living in US, the CD costs me $10 plus the mail fee, local rate. Now if I am a country where the rate of inflation is high, in Indonesia for instance, the CD will cost me more this year than last year, as I need more money to buy dollars. Plus the bank fee for the sending and change of money , plus the mail fee (international rate), the cost of the CD is gonna be for me, let's say $20 (completely fictive price) , which is twice than its cost in US.

Also we got to take in account the factor of level of life, mine being lower than my American friend's one . Let's say if his monthly salary, corresponding to an average salary in US $ 950, mine, corresponding to an average salary in Indonesia, is $150. This means that the price of the CD without the fees corresponds to 1/15° of my salary, when it costs to the American buyer 1/95° of his salary. Hence I have no interest to use dollars as a symbol of exchange.

Let's now admit that I am the American seller of the CD, and amateur of a cheap product in Indonesia, which costs there let's say, $1, and is much expensive in US, let's say $50. Rather than buying this product $50 in US, I can exchange it to my friend against the CD. We can agree on this symbol of exchange which costs my Indonesian friend $1 instead of 10, and which represents for me in US the price of 5 CD. So we both got interest to abandon the symbol of exchange dollar to the benefit of the other, being both winners in this exchange.

As a consequence, it seems to me that everybody is perfectly free to exchange what he wants with whom he feels like, on the base he chooses, and that it belongs to the partners to decide about the symbols which are for them the most interesting.

As far as the productions of the Zone are concerned, we can fix a price in money (everybody fixes the price of his own stuff), as an indication, but everybody can then propose other symbols of exchange in function of what he owns or is looking for.

I f we choose only one different symbol of exchange than money, whatever it may be, we cannot avoid that some will have more of it than others and shall fall again into similar problems as with money. We cannot build a monetary system just for us, it would be out of proportion and too much work.

A zone of free exchanges, here is the result I come to in function of the analysis of this article, and the points of view expressed in the E-mails page Though the contents of this article involves only me and nobody else, in the exchanges I'm likely to have. It's a set of opinions which cannot stand for truth. Any suggestion and critic welcome.

1. Pourquoi une organisation économique ?

Depuis deux ans, nous avons produit un certain nombre de travaux artistiques dans plusieurs domaines : écriture, musique, peinture, etc., avec de simples moyens ne demandant pas de gros investissements d'argent. Nous voulons distribuer nous-mêmes ces productions, et avons créé Interzone Productions.

Dans le cadre du groupe, nous avons échangé nos travaux gratuitement. Toutefois si nous voulons les vendre à l'extérieur du groupe, nous devons avoir un statut légal, une société, association, etc. Cependant un certain nombre de Zoners préfèrent rester libres, et en raison de la complexité pour mettre sur pied de tels statuts, du fait de l'internationalité du groupe, ne souhaitent pas gaspiller de temps ni d'énergie au détriment du temps nécessaire à la création

2. La valeur et le marché de l'art :

a) Détournement des fonctions de la culture et de l'art :

Officiellement la valeur de l'art sur le marché dépend pour une grande part des gens qui contrôlent sa production et sa distribution : éditeurs pour l'écriture, galeries pour la peinture, agents artistiques, musées, associations culturelles, etc. Ils sont les intermédiaires entre les artistes et le public, vivent de la vente de l'art, mais ne produisent rien eux-mêmes. L'artiste n'est pas considéré comme un partenaire en affaires : il est censé être dans un autre monde, perdu dans ses rêves, et avoir besoin d'autres gens pour prendre en charge l'aspect financier en son nom.

Le problème est que la valeur de l'art et de la culture dépend ce que ces intermédiaires peuvent en retirer : s'il leur rapporte de l'argent ou de la notoriété, ils le reconnaîtront. Mais sinon, ils l'ignoreront, et le public n'y accédera pas. La culture n'est plus évaluée en fonction de sa valeur en tant que telle au niveau humain comme elle l'était au temps de l'humanisme, mais en fonction de sa valeur marchande. Elle devient avant tout un moyen de gagner de l'argent et d'exercer une position dominante, indépendamment de sa valeur artistique et humaine effective.

Le produit de la créativité humaine n'est reconnu qu'en fonction de ces critères. S'il les remet en cause ou se situe hors du cadre des valeurs instituées, il n'a pas droit de cité et est exclu de ce fait. D'où le conformisme et l'élitisme en matière de culture, celle-ci étant détournée de sa fonction pour devenir un instrument au sein du système hiérarchique de dominance, intégré et récupéré par celui-ci dans la mesure où il le conforte.

b) valeur relative de la vie de l'artiste :

L'art n'étant reconnu que dans la mesure où il rapporte de l'argent aux gens impliqués dans sa production et sa distribution, il acquiert une valeur absolue, plus importante que la valeur de l'artiste lui-même : Brion Gysin a dû vendre ses archives pour manger en 1982. Aujourd'hui les dreamachines vendues sur le net coûtent une fortune alors qu'il n'en a pas retiré un centime de son vivant. Ma traduction du livre de Victor Bockris "Avec William Burroughs" m'a été payée 6000 Fr., mon salaire mensuel d'infirmière à l'époque.

Qu'est-ce alors que ce jeu qui consiste à gagner de l'argent avec la créativité des autres sans même leur donner les moyens de vivre décemment ? Il s'agit là de vol et de détournement de l'art, dépourvu de légitimité dans un régime démocratique où l'accès à la culture est censé être accessible à tous et sans lien avec la devise de l'humanisme: "Home sum, et nihil humani a me alienum puto." : "Je suis homme, je pense que rien d'humain ne m'est étranger.", qui repose sur l'inclusion de tous les humains dans un même ensemble.

3. Qui est juge de la valeur de l'art ?

La plupart du temps avant qu'un artiste commence à gagner le moindre centime avec son travail, il doit d'abord investir du temps et de l'argent dans ces intermédiaires, qui bien souvent gagnent plus que lui de la vente de son art. En d'autres termes, il doit d'abord payer, espérant ensuite pouvoir gagner de l'argent de son travail.

Si je suis un artisan, disons un charpentier, je traite directement avec mes clients : si ceux-ci sont satisfaits de mon travail, ils reviendront ; s'ils ne le sont pas, ils ne reviendront pas. Si bien que les gens peuvent juger par eux-mêmes de la valeur de mon travail en fonction de l'utilité qu'elle a pour eux.

Mais si je suis un artiste, l'organisation officielle ne me permet pas de traiter directement avec le public sans interférence des intermédiaires. Si bien que si je veux traiter directement avec d'éventuels clients, je dois produire et distribuer moi-même.

Ceci est difficile à mettre en place seul. Toutefois dans le cadre de la Zone, en raison du mode de relations que nous avons instaurées, nous sommes en mesure de le faire.

4. Quel symbole d'échange dans le cadre de la Zone ?

Tant que nous échangeons notre art dans la Zone, nous n'avons pas besoin de structure officielle : nous constituons une société de fait, dans le cadre de laquelle nous pouvons acheter ou échanger sur la base d'un commun accord tant que nous ne traitons pas avec le public. Nous pouvons utiliser des monnaies officielles, ou d'autres symboles d'échange. Comme nous créons notre art nous-mêmes, nous n'avons pas de problèmes de copyright : notre travail nous appartient.

Cependant pour les paiements nous ne pouvons utiliser de cartes de crédit, et si le vendeur et l'acheteur sont dans des pays différents, les monnaies seront différentes, et le transfert d'argent à travers les banques implique des frais et dépenses pour convertir une monnaie en une autre.

Si bien qu'avoir un symbole d'échange différent de l'argent résoudrait ces problèmes.

Maintenant cela implique que nous décidions entre nous sur quelle valeur reposera ce symbole d'échange : nous n'avons pas d'or à notre échelle, et il nous est inutile. Nous devons alors trouver quelque chose dont les Zoners disposent et qui a une valeur pour eux.

Si nous voulons étendre ce symbole hors de la Zone, il doit alors avoir une valeur pour les autres gens qui l'utiliseront, pour qu'ils l'acceptent comme symbole d'échange.

5. De quelles valeurs disposons-nous ?

a) nos créations :

Nous les échangeons et les rassemblons, et depuis deux ans, elles ont acquis une valeur pour nous, sans quoi nous n'en ferions pas de cas.

En ce qui concerne les écrits, vous ne pouvez pas voir l'ensemble du travail réalisé puisque j'ai l'ensemble des fichiers, mais il est énorme (voir catalogue ) : les 9 tomes du Temps des Naguals, qui font entre 68 et 150 pages. Le premier tome sur Burroughs et Gysin est prêt. Quelques textes doivent être rajoutés au tome de poèmes, le tome des articles est pratiquement prêt également, reste à terminer la pagination. Les autres tomes doivent être mis en page.

Plus deux tomes en français : le premier tome autour de Burroughs et Gysin, plus les écrits des Zoners francophones, et le « Département de sémantique générale, de philosophie et d'histoire » entièrement en français : 103 pages.

Je ne suis pas une autorité littéraire capable de juger de la valeur de ces livres. Toutefois je dois dire que j'apprécie leur contenu, sans quoi je ne passerais pas tout ce temps dessus. Et je suis fière du travail de la Zone, que je trouve super !

Nous avons une somme d'illustrations de tous genres, des photos originales et collages de Burroughs et Gysin, qui peuvent illustrer des cartes postales, faciles à vendre et à diffuser.

Au niveau musical, deux CD sont en préparation, qui devraient sortir cette année.

Ces créations n'ont pas de valeur marchande pour nous en tant que telles, elles ont une valeur humaine, parce que nous prenons plaisir à les faire et à les recevoir.

Un point important: nous sommes les seuls à les produire, et nous contrôlons leur distribution, nous en avons le monopole.

b) notre propre information :

Nous avons rassemblé une information spécifique dans divers domaines, à partir de notre intérêt commun pour Burroughs et Gysin, et nos domaines de connaissances respectifs. Si bien que nous avons produit une information spécifique en fonction de nos besoins humains et de nos centres d'intérêts, qui n'est disponible nulle part ailleurs.

c) nos propres ressources :

L'argent est une ressource. Toutefois si nous n'en avons pas, nous disposons de ressources humaines: temps énergie et matière grise, plus un ensemble de capacités inhérentes à l'humanité.

d) notre communauté et les relations que nous avons instaurées dans ce cadre :

Nous avons appliqué depuis le début le concept burroughsien de famille Johnson, et cela marche bien : nous pouvons compter les uns sur les autres en cas de problèmes, et c'est pour moi l'aspect le plus précieux du groupe. "la Zone prend soin d'elle".

Ceci est important, parce quand nous sommes confrontés à des situations difficiles, nous avons tout un groupe de Johnsons qui peuvent donner un coup de main, et ceci change complètement le scénario de négatif en positif. La Zone joue alors le rôle de facteur non préenregistré, imprévu, dans un monde pré-enregistré : "Introduisez un facteur imprévu et par conséquent imprévisible, et toute la structure s'effondre comme un château de carte."

6. Sortir du système des subventions et de l'assistanat pour élaborer une culture au service du peuple:

Une grande part des groupes artistiques ont créé des associations qui obtiennent des subventions de la part des institutions. Ce fonctionnement entraîne une dépendance financière et évite de réfléchir à d'autres possibilités de financement. L'attribution des subventions n'étant pas proportionnelle à l'utilité publique des productions, et leur utilisation n'étant parfois pas conforme aux objectifs de départ, ce fonctionnement est parfois mal vécu par une partie des citoyens privés d'accès à la culture, qui voient là un gaspillage de l'argent public et considère le milieu artistique comme une caste de parasites prétentieux coupés du milieu social et entretenus par celui-ci.

Il est cependant possible de sortir de ce système en introduisant directement l'art et la culture dans le tissu social, à travers la création, par les artistes eux-mêmes, de lieux de convivialité ouverts à tout un chacun, comme les cafés et bars, où mettre l'art et la culture directement à la disposition des gens, tout en leur offrant une qualité de relation qui fait défaut de nos jours.

Nous pouvons inventer des lieux qui restitueraient à l'art et la culture leur dimension humaniste en les mettant à portée de tous. Non pas un art et une culture momifiés dans des musées, filtrés à travers des moules préfabriqués, réservés à une élite et donnant au peuple le sentiment qu'il n'est "pas assez intelligent pour comprendre", mais ouverts et accessibles à tous et permettant à chacun de découvrir l'artiste qui vit en lui. De tels lieux libéreraient d'une part les artistes de leur statut de mendiants en leur permettant de vivre de la vente directe de leurs arts respectifs, leur restituant leur indépendance et leur dignité. Ils constitueraient d'autre part des lieux de vie susceptibles d'améliorer la qualité des relations entre les citoyens et d'aider à réduire les tensions sociales. Ils nous permettraient d'élaborer une culture au service du peuple, conforme à l'esprit d'André Malraux.

7. Une zone de libre échange:

La conclusion à laquelle j'en arrive est que n'importe quel symbole d'échange est à priori acceptable dès l'instant où l'acheteur et le vendeur sont d'accord sur ce point. Dans la mesure où nous disposons de ressources différentes, pourquoi en choisir une en particulier qui serait uniforme à tout le monde ? Si les gens souhaitent payer en argent s'ils en ont, très bien. S'il n'en ont pas, ils peuvent le faire avec ce qu'ils ont, et il serait étonnant que nous ne puissions pas tomber d'accord sur une ressource qui présente pour nous une utilité donnée.

Prenons le cas d'un CD fabriqué aux États-Unis dont le prix de vente serait de $ 10 = 65 Fr (c'est un exemple, il ne s'agit pas d'un CD réel). Si je suis un acheteur résidant aux États-Unis, le CD me coûte $10, plus les frais d'expédition, tarif local. Maintenant si je suis dans un pays où le taux d'inflation est élevé, en Indonésie par exemple, le CD me coûtera plus cher cette année que l'année précédente, puisque j'aurai besoin de davantage d'argent pour acheter mes dollars. Plus les frais de transfert d'argent, de change et d'expédition (tarif international), le coût du CD va correspondre pour moi à , disons, $ 20 (chiffre complètement fictif) à savoir 2 fois plus que son prix aux États-Unis.

En outre, il convient de prendre en compte le facteur du niveau de vie, le mien étant plus bas que celui de mon ami américain. Disons que si son salaire, correspondant à un salaire moyen aux États-Unis est pour lui $ 950 , le mien, correspondant à un salaire moyen en Indonésie est de 150 $. Ce qui veut dire que le prix du CD de $10 sans les taxes représente 1/15° de mon salaire, alors qu'il représente1/95° du salaire de l'acheteur américain. Son prix est donc pour moi beaucoup plus élevé que pour un américain. Je n'ai donc pas intérêt à utiliser le dollar comme symbole d'échange.

Admettons maintenant que je sois le vendeur américain du CD, et que je sois amateur d'un produit qui ne coûte pas cher en Indonésie, disons 1 $), mais est beaucoup plus cher aux États-Unis, mettons 50 $. Plutôt que d'acheter ce produit 50 $ aux États-Unis, je peux l'échanger à mon ami contre le CD. Nous pouvons nous entendre sur ce symbole d'échange qui coûte à mon ami indonésien $ 1 au lieu de 10, et qui représente pour moi aux États-Unis le prix de 5 CD. Nous avons donc tout intérêt l'un comme l'autre à abandonner le symbole d'échange dollar au bénéfice de l'autre, étant tous deux gagnants dans cet échange.

En conséquence, il me semble que chacun est parfaitement libre d'échanger comme bon lui semble avec qui il veut sur les bases qu'il souhaite, et que c'est à chacun des partenaires de décider des symboles qui sont pour eux les plus intéressants.

En ce qui concerne les productions d'Interzone, nous pouvons fixer un prix en argent (à chacun de définir le prix de ses productions) à titre indicatif, mais chacun peut alors proposer d'autres symboles d'échange de son choix en fonction de ce qu'il a ou de ce qu'il recherche.

Si nous choisissons un seul symbole autre que l'argent, quel qu'il soit, nous ne pourrons empêcher le fait que certains en auront davantage que d'autres et retomberons dans des problèmes similaires à ceux que pose l'argent. Nous ne pouvons pas construire un système monétaire à nous tous seuls, ce serait hors de proportion et beaucoup trop de travail.

Une zone de libre échange, voici donc le résultat auquel j'arrive en fonction des analyses de cet article, et des points de vue exprimés dans les E-mails à la page : Ceci dit, le contenu de cet article n'engage que moi et personne d'autre pour les échanges que je suis susceptibles de faire, il s'agit d'un ensemble d'opinions qui ne sauraient tenir lieu de vérité . Toute suggestion et critique bien venue.

Suite: III Proposition to experiment a zone of free exchange (latest version: April 21st 2000) /
III Proposition d'expérimentation d'une zone de libre échange (dernière version: 21 Avril 2000)
Retour à : Restructuration: Une économie non-aristotélicienne
Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande