Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande

A non-Aristotelian economy / Une économie non-aristotélicienne : restructuration : IV A non Aristotelian economy (january 2002): A. Result of the two latest years and B. Proposition of a community structure at the scale of Interzone / IV Une économie non-aristotélicienne (janvier 2002): A. Bilan de deux années écoulées et B. Proposition d'une structure communautaire à l'échelle d'Interzone


(liens actualisés le 08 04 2010)

A. Korzybski, livres et traductions

Articles Sémantique Générale

Sémantique Générale et physique quantique

Sémantique générale et sciences humaines

Pour une économie non-aristotélicienne (blog)

Autres articles non-A


Interzone Editions

A. Results of the two latest years:

At the time of this starting 2002 year, we can take stock of the previous pages written in 2000, as the distance of those two years allows us to confront our projects of this time to the facts.

Two years later, the sum of our creations has widely increased : we dispose of a consequent number of CD which we can copy, of several books, of a comic, which has just been translated for a publication on CD. The experiments around the dreamachine have been realized; in Europe, it's possible to find 78 rpm turntables and to make the dreamachine for a cheap price.

We have not started a commercial formula, mainly because we concentrate our energy on creation; in this domain, we can do without money and the transactions are limited as far as I am concerned to the domain name and web space of

Everybody has his own equipment , related to his own interests and activities, and puts it to the group disposal for free. Hence Interzone does not require from its member any expense, and every member is autonomous.

In this frame, money is not useful and we do not need more than the one we respectively own. Our main motivation is pleasure we get from being prt of the group. We have no obligation in it, except the ones we decide for ourselves, no obligation about time, everybody does what he can when he can; though the coordination works perfectly : see the two musical compilations done : Music for Dreamachine and Interzone Compilation 1

Another point : this was not programmed, nor is directed from the top : I just transmit information and realize my own creations in function of my means.

As far as the work realized by members in several domains, we might open a shop to put them directly at public disposal.

The fact is that I had to devote a big part of my time to formal work, which does not allow to put up something else.

Our aim is not to make a big production, but to produce in function of our needs : under this aspect, our production looks more like artisan one. For instance for the comic "The Taxidermist" , a first print of 25 copies was done in 2000, then a second one in 2001, and I am printing some 5 more to put in bookshops and for demonstration. The demands were more important than the issues, and we know that if we make it again, we are sure to sell the printed copies. So we can make them in function of our needs through time, without investing any money in advance.

Anyway the example of the comic book is not a good one as it does not pay. We started the experiment because the opportunity occurred : José Altimiras was OK to work with us, because he liked the Zone's spirit. This seemed to me practically possible and I wanted to see if we could make it. Now we can make it, but for us to earn any money on the comics would require less expensive devices than industrial photocopy or individual printing, which are too dear. Though we have not lost any money in the deal, as all the copies have been sold.

As far as writing is concerned, we have the complete control of the books, and of their look as well, we can include illustrations of the group and can distribute them to whom we want, when we want. If people want to buy them, they can join us through internet.

Since this month, the use of a translator (Softissimo) puts the French books to English speaking readers' disposal.

As we use only our own creations, we are no copyright fees to pay.

B. Proposition of a community structure at the scale of Interzone:

Interzone is a human group composed of people spread on the whole planet, belonging to different countries, cultures and civilizations, who exchange and create together at different levels since now 4 years. We want to actualize on the physical plan the virtual community we art pert of.

Type of structure :

- Similar to the structure of human organism and living world, based upon :

* thermodynamic and informational openness

* non competition, complementarity, interdisciplinarity (Henri Laborit)

=> this structure is common to the set of the members of the group, in spite of their differences.

- Johnson Family (William Burroughs)

- Community :

If we consider the models of social structures who crossed the ages without collapsing, an effective model seems to be the religious communities, which are still the same through centuries. It allows them to be self sufficient, and to put up life places. It would be interesting to ask some about their rules of management.

Anyway, we got to be aware of not putting up an institutional economical system, as the only reason for a system to be is to produce for the human set which adopts it, a more satisfying way to live, to make life easier. If the results do not reveal themselves satisfying, then the system has to be adapted to individuals.

Our economical systems are human creations, human tools. We elaborate them, they have no existence out of ourselves, nor value above us. We are the only justification of their existence; they are here to serve us, not to enslave us.


  • Gathering point for the members of the group

  • Community experiment, self managed and self sufficient place,

  • Place for sale our artistic products directly to the public.

  • Place for exhibitions, concerts, public lectures : creation of a Burroughs-Gysin museum with dreamachines, paintings, books, etc.),

  • Academies : units of interdisciplinary centers of teaching and research.

The place:

We have several possibilities : we are not obliged to choose a definitive one, we can start by an easy one, which allows to start working. If after a given period (6 months/1 year) we want to go on and can make it financially, then we can go to the higher step.

- Different possibilities:

* rent : the rent is shared, at the start, by the people who live in it and the members who are volunteers to be part of the experiment, then by the incomes from the place,

* it is also possible to make an association and pay the rent with the subscription fees at the start,

* to buy : through a subscription in the frame of the Zone, which is possible to buy a house : if 100 people give 750 euros (660 $) we can buy a house worth 75 000 (66 000 $).

- An abbey, a monastery, or an old castle would be ideal. But then we would have to find with the owners a different formula than classical buying or location, which would not be affordable for such buildings, and give ourselves a legal status.

We can start with a small number of the present volunteers in a house we rent in common, then see afterward: as long as the project is not started, people hesitate to get involved. But once it will be created, more will probably join.

- Other possibility : see about opening a cafe with beer sellers who would pay a part of the rent.

Presently, here are some opportunities:

- inn Belgium : for sale (162 500 euros , 145 000 $) or rent a building with a house, two shops and a big workroom, in a well situated area. But the place has to be fixed. I can eventually join beer sellers if you think the place is worthy of interest.

- in France in the Poitou, a house in the countryside, with an hectare of land around, which contains a house for 3 people, and independent flat for 2 people, with 3 barns which can be fixed. Ideal as a rest place, situated in a retired village. There are many countryside houses for sale in France.

- a correspondent writes about an empty monastery in the Maine et Loire, the abbey of St Maure previously occupied by Benedictine monks, empty since 7 years, and presently belonging to the regional counsel. It's possible to joint them and make a proposition.

- I got in touch in Belgium with Jesuits about empty buildings which they do not use and we could rent.

Self sufficiency for food in the hypothesis of a place in the countryside :

Production of food: fruits, vegetables, eggs, and buying just what we do not produce : milk, cheeses, meat) directly to the local producers => cheaper food and better quality than industrial food.

Earning the money for the commune:

a) No personal money:

- At the start, we have :

* our own resources,

* our own means,

* our own potential and abilities

On this base, we should be able to feed ourselves if we put at people's disposal things they will like, which answer their expectation or takes in account actual needs which are not presently fulfilled.

- To protect our backgrounds :

In the case after sometimes some members would not be satisfied with the experiment and would want to leave, if the economical results do not fit the expectations and the experiment could not be livable, it's important that everybody keeps his own financial resources. This to avoid the risks of financial parasitism from the structure to the members.

-In theory, the aim of such a place is to live from it. Practically, if it does not work, we can have a formal job as well.

b) Limiting le benefits to the needs of the commune:

No use of earning more money than what we need : the use of earning money is to get the necessary goods we cannot produce ourselves. If we earn more, we can invest it in the building, necessary equipment or be used to the creation of new academies. This allows to limit "alimentary"' work to the minimum, so to use maximum time in creation and quality of life.

c) Choosing activities which bring money in function of :

- our human and material resources, abilities and potential,

- the needs of the population around.


* sale of our artistic productions : self made books, CD, videos, illustrations : direct sale to the public, from the producer to the user, without any go-between.

* a cyber-café with a free ADSL internet connection and projection of the videos of the Zone,

* concerts, exhibitions, conferences,

* academy (unit of teaching and research, lectures)

* lodging

For broke travelers, free lodging and food in exchange of participation to the work.

A. Bilan des deux années écoulées:

En ce début 2002, nous pouvons tirer un bilan des pages précédentes rédigées en 2000, dans la mesure où le recul de ces deux ans permet de confronter nos projets d'alors aux faits.

Deux ans plus tard, la somme de nos créations a largement augmenté : nous disposons d'un nombre de CD conséquent, que nous pouvons reproduire, de plusieurs livres, d'une bande dessinée, qui vient d'être traduite en anglais en vue d'une publication sur CD. Les expérimentations autour de la dreamachine ont continué et en Europe il est possible de trouver des platines 78 tours et d'en réaliser à peu de frais.

Nous n'avons pas mis en route de formule commerciale, principalement en raison du fait que nous concentrons notre énergie sur la création, domaine dans lequel nous pouvons nous passer d'argent et où les transactions se réduisent en ce qui me concerne au paiement de l'espace web d'

Chacun dispose de son matériel personnel, en fonction de ses centres d'intérêt et de ses activités, et le met à disposition du groupe gratuitement. D'où le fait qu' Interzone ne demande pas à ses membres de dépense supplémentaire, et que chaque membre est autonome.

Dans ce cadre, l'argent ne nous est pas utile et nous n'en avons pas besoin, en plus de celui dont nous disposons respectivement. Notre motivation principale est le plaisir que nous tirons de notre participation au groupe. Nous n'avons pas d'obligation à l'intérieur de celui-ci, hormis celles que nous nous fixons nous-mêmes; nous n'avons pas d'impératifs de temps, chacun fait ce qu'il peut, quand il le peut, toutefois la coordination fonctionne parfaitement (voir les deux compilations musicales réalisées).

Autre point, ceci n'était pas programmé, ni n'est dirigé d'en haut : je me contente de transmettre l'information et de réaliser mes propres créations en fonction de mes moyens.

Pour ce qui est de l'ensemble du travail réalisé par les uns et les autres dans divers domaines, nous pourrions ouvrir un lieu de vente afin de les mettre directement à la disposition du public.

Le fait est également que j'ai du consacrer une grande part de mon temps à faire un travail alimentaire, ce qui ne permet pas d'avoir le temps nécessaire pour monter quelque chose.

Notre but n'est pas de produire en série, mais en fonction de nos besoins : en cela notre production ressemble plus à celle de l'artisanat. Ainsi pour la bande dessinée Le Taxidermiste il en a été produit un premier tirage de 25 exemplaires en 2000, puis un deuxième de 20 en 2001, et je suis en train d'en retirer 5 pour mettre en dépôt et pour distribuer. Les demandes ont été plus importantes que les tirages, et nous savons que si nous renouvelons l'opération, nous sommes certains de vendre les exemplaires tirés. Nous pouvons donc produire en fonction de nos besoins dans le temps, sans faire d'investissement inconsidéré.

Toutefois l'exemple de la BD est mal choisi car il n'est pas rentable financièrement. Nous nous sommes lancés dans l'opération au départ parce que l'opportunité se présentait, José Altimiras était partant pour travailler avec nous, il aimait bien notre état d'esprit. Cela me semblait techniquement réalisable et j'ai voulu voir si nous en étions capables. Nous le sommes, mais pour que nous puissions gagner de l'argent sur les BD, il faudrait utiliser des procédés moins chers que la photocopie industrielle ou l'impression individuelle, l'une et l'autre étant trop onéreuses. Toutefois, nous n'avons pas perdu d'argent dans l'opération puisque la demande a été supérieure aux exemplaires réalisés.

En ce qui concerne l'écriture, nous maîtrisons complètement le contenu des ouvrages, ainsi que la présentation, nous pouvons y inclure les illustrations du groupe et pouvons les diffuser à qui nous voulons, quand nous le voulons. Si les gens veulent les acheter, ils peuvent toujours nous joindre sur internet.

Depuis ce moi-ci, l'utilisation d'un traducteur (Softissimo) permet de mettre les livres du groupe en français à disposition des lecteurs anglophones.

Comme nous n'utilisons que notre propre matériel créatif, nous échappons aux copyrights et droits d'auteur.

B. Proposition d'une structure communautaire à l'échelle d'Interzone

Interzone est un groupe humain composé de gens répartis sur toute la planète, appartenant à des pays, des cultures et des civilisations différentes, qui échangent et créent ensemble a différents niveaux depuis bientôt 4 ans. Nous voulons actualiser sur le plan physique la communauté virtuelle que nous formons.

Type de structure :

- Similaire à la structure de l'organisme humain et du monde vivant, basée sur

* l'ouverture thermodynamique et informationnelle

* la non dominance, la complémentarité et l'interdisciplinarité. (Henri Laborit)

=> structure commune à l'ensemble des membres du groupe, en dépit de leurs différences.

- Famille Johnson (William Burroughs)

- Communautaire :

Si nous considérons les modèles de structures sociales qui ont traversé les âges sans s'effondrer, un modèle imbattable est celui des communautés religieuses qui n'ont pas pris une ride. Il leur permet de s'autosuffire et de mettre sur pied des lieux de vie Il serait intéressant de prendre conseil auprès d'elles sur leur système de gestion.

Toutefois nous devons veiller à ne pas établir un système économique en institution, à ne pas privilégier un modèle théorique au détriment des membres, la seule raison d'être d'un système quel qu'il soit consistant à permettre à l'ensemble humain qui l'adopte de vivre de façon satisfaisante, à lui faciliter l'existence. Si ses résultats au niveau humain ne se révèlent pas satisfaisants, il convient alors de l'adapter aux individus.

Nos systèmes économiques sont des élaborations humaines, des outils humains. Ce sont nous qui les créons, ils n'ont pas d'existence indépendamment de nous, ni de valeur au-dessus de nous. Nous sommes la seule justification de leur existence, ils sont là pour nous servir, non pour nous asservir.

Buts :

  • Point de rassemblement pour les membres du groupe,

  • Expérience communautaire, lieu auto géré et auto suffisant,

  • lieu de vente de nos productions artistiques directement au public,

  • lieu d'exposition, de concerts, de lectures publiques : création d'un musée Burroughs-Gysin avec Dreamachine, peintures, livres, etc...) qui viennent étudier en Europe,

  • Académie : unité d'enseignement et de recherche interdisciplinaire,

Le lieu :

Nous avons plusieurs possibilités ; nous ne sommes pas obligés d'en choisir une définitive, pouvons commencer par une qui soit facile à mettre en place et permette de commencer à fonctionner et à travailler. Si au bout d'un temps donné (6 mois - un an), nous voulons continuer et retombons sur nos pieds financièrement, nous pouvons alors passer au niveau supérieur.

- Différentes possibilités:

* louer : le loyer est payé au début par les occupants et les membres volontaires pour participer, puis par les revenus de la structure;

* il est possible également de faire une association et de payer le loyer avec les cotisations au départ.

* acheter : en faisant une souscription dans le cadre de la Zone, ce qui est possible pour l'achat d'une maison : si 100 personnes donnent 750 euros (660 $) , nous pouvons acheter une maison de 75 000 (66 000 $).

- Un monastère, une abbaye ou un château seraient l'idéal. Mais il faudrait alors trouver avec les propriétaires concernés (conseils généraux, ordres monastiques, châtelains) une autre formule que l'achat ou la location classique, qui seraient inabordables pour de tels bâtiments, et nous donner un statut légal (associatif).

Nous pouvons commencer avec le petit nombre de volontaires actuel, dans une maison que nous louons en commun, puis aviser ensuite : tant que le projet n'est pas démarré, les gens hésitent à s'y investir. Mais une fois qu'il sera créé, d'autres viendront probablement s'y joindre.

- Autre possibilité : voir avec des brasseurs intéressés par cette formule de café et susceptibles de prendre en charge la partie immobilière.

Actuellement, voici les opportunités qui s'offrent a nous :

- en Belgique : vente (162 500 euros , 145 000 $) ou location d'un bâtiment comprenant une maison, deux magasins et un grand atelier, dans un lieu bien situé commercialement. Mais des travaux indispensables à réaliser . Je peux éventuellement contacter des brasseries si le lieu vous intéresse.

- en France dans le Poitou, une maison à la campagne avec un hectare de terrain à vendre,

comprenant une maison pour 3 personnes , un appartement indépendant pour 2 personnes, mais possédant des bâtiments aménageables (gros travaux). Idéal comme lieu de repos, mais situé dans un village retiré. Il existe de nombreuses maisons à la campagne à vendre en France => à voir sur place.

- un correspondant m'avise de l'existence d'un monastère désaffecté dans le Maine et Loire, l'abbaye de St Maur, anciennement habitée par des bénédictins, inoccupée depuis 7 ans et appartenant maintenant au conseil régional. Il est possible de joindre celui-ci et de lui faire une proposition.

- j'ai pris contact avec des jésuites en Belgique pour leur demander s'ils n'auraient pas des bâtiments inoccupés dont ils n'ont plus l'utilité, et que nous pourrions louer.

Auto-suffisance alimentaire dans l'hypothèse d'un lieu à la campagne:

Production de la nourriture: fruits, légumes, œufs et achat de ce que nous ne produisons pas (lait, fromages, viande) directement aux producteurs locaux, d'où une alimentation moins chère et de meilleure qualité que la nourriture industrielle.

Apport de l'argent nécessaire à la vie de la communauté :

a) Pas d'apport de l'argent personnel des membres à la communauté :

- Nous disposons au départ

* de nos propres ressources,

* de nos propres moyens,

* de nos capacités et potentiels personnels.

Sur cette base nous devons à partir de là être capables de nous nourrir, à partir du moment ou nous proposons au public des choses qu'il apprécie, qui satisfait une demande de sa part ou prend en compte des besoins qui ne sont pas actuellement pris en compte.

- Réserver nos arrières:

Dans l'hypothèse où au bout de quelques temps les membres ne seraient pas satisfaits par l'expérience et souhaitent partir, où dans le cas où nos résultats économiques ne correspondraient pas à nos prévisions et où l'expérience ne serait pas viable, il est important que chacun dispose de ses moyens financiers personnels . Ceci afin d'éviter également les dérives de parasitisme financier de la communauté envers les membres.

-En théorie le but de ce lieu est d'arriver à en vivre. En pratique, si cela n'est pas le cas et que nous souhaitions continuer selon cette formule, nous pouvons alors avoir un travail personnel complémentaire.

b) Limiter le gain d'argent aux besoins de la communauté :

Inutile de gagner plus d'argent que nous n'en avons besoin : l'utilité de l'argent consiste à nous procurer les biens nécessaires que nous ne pouvons produire nous-mêmes. Si nous en gagnons davantage, il peut être investi dans le bâtiment, l'achat de matériel, ou servir éventuellement à la création d'autres abbayes. Ceci permet de limiter le travail dit "alimentaire" au minimum, afin de pouvoir consacrer le maximum de temps et d'énergie dans la création et la qualité de vie.

c) Déterminer les activités rémunératrices en fonction :

- de nos ressources humaines et en matériel, de nos capacités, de notre potentiel

- des besoins de la population:


* vente de notre production artistique : auto-production des livres, CD, vidéos, illustrations : vente directe au public, du producteur au consommateur, sans intermédiaire,

* un cyber-café avec connexion ADSL gratuite et projection des vidéos du groupe,

* concerts, spectacles, expos, conférences,

* académie (unité d'enseignement et de recherche: séminaires),

* hébergement.

Pour les gens de passage sans revenu, hébergement, nourriture, enseignement gratuits en échange d'une participation aux travaux.

V. Académie 23: janvier 2004

Retour à : Restructuration: Une économie non-aristotélicienne

Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande