Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande

A non-Aristotelian economy / Une économie non-aristotélicienne : restructuration :

V. January 2004: the Academy 23 / Janvier 2004: l'Académie 23

© Isabelle AUBERT-BAUDRON

(liens actualisés le 09 04 2010

A. Korzybski, livres et traductions

Articles Sémantique Générale

Sémantique Générale et physique quantique

Sémantique générale et sciences humaines

Pour une économie non-aristotélicienne (blog)

Autres articles non-A

Bibliographie

Interzone Editions

January 2002-january 2004:

Two years after the formulation of a non-Aristotelian economy (see http://semantiquegenerale.free.fr/gsmoney4.htm ), here is what has been realized since :

I left Belgium, where I was staying since July 2000, to go back to France in November 2002. When I arrived, I rented an empty hotel as a house to use the place for the centre of teaching I was planning to put up. But due to the disastrous state of the building (problems with the heater, the electricity, water leaks, asbestos, etc., which were not detectable before living in the place) I left four months later to rent a conventional and comfortable house. Anyway, the location of the hotel allowed to receive several Zoners, and led to interesting creepy pictures.

In August 2003, I created an enterprise in the frame of which I settled as a psychotherapist and put up a centre of teaching and research in general semantics, the Academy 23,www.geocities.com/academie23/ . This official frame is opened enough to integrate the sale of Interzone books and creations, organize meetings, etc. We now have the necessary legal frame to realize what we wanted to do. As far as hosting and restaurant are concerned, they are available in the village.

This has been made possible thanks to a help of the state I could get after a three months job I took at my arrival; advises from ANPE before the creation of the enterprise , then a help to create it (ACRE) which maintains during one year the social advantages I had before and suppresses a number of expenses linked to the creation of the enterprise. I also used a workshop of management I made in Poitiers in 1999 and the help I had got from the municipality for the financial aspect.

This context made this new status makable o n the financial plan, allowing to work at the different steps the ones after the other, to concentrate not as much on productivity as on the quality of the contents.

Concerning our previsions made two years ago (see http://semantiquegenerale.free.fr/gsmoney4.htm), some were fulfilled, some not, and some happened differently from the expectations.

About The Taxidermist and the dreamachines

- I am printing copies of The Taxidermist on request, as there are not enough to make serial printings. As all the books are ready to print, it only takes the time of the printing. I am going to use a black and white laser printing, less expensive than the HP Deskjet I used until now.

I am using the same process for my books : printing them on request allows a complete freedom on the contents, which can be updated when necessary and does not request investments.

The English translation is being checked at the moment by

- for the dreamachine, I made new plans for a 45 rpm turntable, as the 78 rpm are now impossible to find. Due to the electric differences between France and other countries, I adapted the plans to the turntable of the Sony PS-LX250H, which is available everywhere and which amateurs of dreamachines can get directly in their own county. So this avoids to get a transformer. I only sell the cylinders and supports. The available models exist in painted and illustrated, with illustrations of Interzone painters : I realized one with a painting by Kenji Siratori .

Le catalogue 2004 now is on line at :http://www.inter-zone.org/catal1.html

Among the sites, some new ones were created :

* Interzone Library which contains the integral versions of the books on line. They are available in printed version in in the CD, the literary compilation "Come to Free the Words".

* "Agence de Presse Interzone" renamed "Reporters Rédacteurs d'Interzone" which contains articles, reports, cut-ups, and other rubrics linked to journalism. The site allows to put articles on line, and get in touch with media interested to buy them, on contractual bases, clear and defined since the start.

- Academie 23 and the yahoo clubs :

- "Psyber café" : http://groups.yahoo.com/group/psybercafe/ : group of exchange for profesionals of psychiatry.

- Société Francophone de Sémantique Générale: http://groups.yahoo.com/group/sfsg/

- Academie 23 http://fr.groups.yahoo.com/group/academie23/

Concerning the formulation of a non-Aristotelian economy, here are the latest element completing the previous pages :

It rests on :

1) Taking in account the actual resources and means of the individuals, on the material and human plans, independently of the fact they are not taken in consideration in the present economical system;

2) and putting those resources in common : mathematically, due to the principle of non-additivity, the result is higher than the sum of the parts : 1+1=3.

From there, the result increases exponentially with the number of people who function in this system, which happened with Interzone.


The set of people finds itself then with a sum of resources and potentials which belongs to it, exists nowhere else, are not foreseeable at the start as nobody directs the set, and people get involved in function of factors nobody can control. The elements then can get organized together independently of the economic context, on the base of what they can do and feel like doing, and of reality as it presents itself, not limited to a pre-recorded vision of it : the territory is larger than the image we had from it before => we can use of some parts of the ground which were not taken in account before.

In other words, it is not any more an economy based upon symbolic values, the value of which does not rest on the symbols themselves but on the nervous structure of the people who attribute it. It is an extensional economy, which rests on the facts: start from actual human needs, and how to fulfil them, use the effective resources: human resources and the ones of the context, building from what we have, in using the unexplored and neglected resources and potentials, knowing that at the end we get much more that we individually had at the start.

In this frame, the experience proves that one does not need money : everybody uses his own tools, no more expense. I coordinate the group with very few money, my incomes being limited to some short time jobs and minimum revenue during the latest years.

3) The other postulate of this economy is that individual enrichment is linked to the one of the set : the question here is not to take the money from someone else's pocket, the result of which is at the end an institutionalized pillage leading to the ruin of economy. The question is neither to compete with the official economy, nor to put up an alternative political force, but to integrate this change of relation in the economy, stating from the individual level, and to lead to a change of relations with the upper levels in the frame of present economy. This mutation also is their interest : the present way based upon institutionalized pillage leads to long term to exhausting of resources and to the ruin of economy : the change in the relations allows the richest ones to make money through a multiplication of the resources, not any more at the prejudice of he poorest ones, but to their benefit In other words, everybody wins.

The impulse does not go any more from the top to the bottom of the pyramid, but from the bottom, who impulses the change, to the top. As Henri Laborit said : The aim is not to take power from the ones who get it, it is to generalize power." (La Nouvelle Grille")

On the biological level, it consists in restructuring our human affairs, here economy, on the structure of our organism (relations of non-competition, complementarity, interdisciplinarity, thermodynamic and informational openness). The similarity of structure between the different levels allows then to solve oppositions induced by the previous non similarities of structures induced by Aristotelian and Cartesian logics, and represents a predictable and efficient frame allowing to get satisfying results to the individual, local, national and international levels.

The aim is not to get out of the frame of liberalism, but to adopt, inside this frame, rules and ways to function it potentially includes, but which have not been experimented until now, due to the conceptual limits and mechanisms of thought by opposition to which our civilisation has remained stuck since 2500 years, and which have prevented us to handle symbols correctly

The same goes for globalization : only a free economy, at international scale, can fit an international group as Interzone, the members of which are spread all over the world, and constitute an alternative to the national legislations , all different, and making impossible to apply international transactions at the scale of several countries, except in fiscal paradises.

So the aim here is not to put up a system, opposed to the previous one, and competing with it, but to integrate to it in substituting clear and fair rules to rigged rules, and proposing a frame which can integrate it and adopt it as well. On the political level, it just fits with the application, in economy, of the model of relation of the articles of the International Declaration of Human Rights : an economy compatible with democracy.

I know that this can seem idealist at first sight, but what I am saying here rests :

1. On a mathematical demonstration,

2. on the confrontation of the hypothesis to the facts in the frame of a given human group,

3. On the application in the frame of this group, of a set of concepts appeared in the frame of scientific evolution of the XXth century.

Some people argue that the present liberal economy is not based upon an ideology, but on greed. I am not talking here in terms of moral, nor judging anybody. Now let's examine this sentence : "Liberalism rests on greed" : where do we go from this ? First that greed is not the monopoly of liberalism : if we observe what happens in so called socialist regimes, the greed does not disappear : the money only goes from the ones of the rightists to the hands of the leftists, who then settle another system of hierarchy which leads to other inequalities. There is not on one side "the greedy liberals" and on the other side "the "social generous ones", or whoever. The ideologies are different, but the mechanisms of thinking and behaviour are similar.

Now let's take the example of a greedy kid : if you are a greedy child and if your greed leads to harmful consequences for you, then you will get those consequences. You will eat too much cake and be sick the next day. Then you understand that if you do not want to be sick, next time you will not eat too much cake. You understand that the interdiction "do not eat too much cake" is not a question of moral, that the point is not that "greed is bad", but that the point is that greed leads to harmful consequences for you. It makes you sick. So not eating too much cake is not "good" on a moral point of view, it is what Korzybski calls "selfish wisdom" :you do not think nor act any more in terms of values "good" nor "bad" in a given system of evaluation, in contradiction with other systems of evaluation, but in function of the consequences of your acts in the actual facts, for you and the others. You get out of a logic of guilt to get into a logic of responsibility.

The step here is not an abstract theory which I would try to apply to the economy of the group, but of the inverse step : the practice started to exist before the theory , before we started to think in terms of economy, as we first started to experiment Burroughsian concepts. It is the way of relation we spontaneously adopted on the base of those concepts (Johnson Family, third mind , experiment of non-Aristotelian functions of writing ) and the aims we followed in the frame of the group (to create our reality which led to this practice., then the practice let to the analysis of what was going on in terms of general semantics (which Burroughs also had studied and which he used in his writing) then to the formulation of a non -A economy, and the creation of an enterprise which aim is to function on these bases.(2002-2004).

The process happened in the following order : experiment of Burroughsian concepts => Joshnson Family structure of relation => common aims => practice => theory based upon the practice.

The step adopted here is based upon the facts and adapted to them.

With the distance of time, it is funny enough to see this experiment realized by the heirs of the grandson of the inventor of the adding machine. :-)

Bilan janvier 2002- -janvier 2004:

Deux ans après la formulation d'une économie non-aristotélicienne (voir http://semantiquegenerale.free.fr/gsmoney4.htm), voici le bilan de ce qui a été réalisé depuis.

J'ai quitté la Belgique, où je résidais depuis juillet 2000, pour rentrer en France en novembre 2002. A mon arrivée, j'ai loué un hôtel désaffecté à titre d'habitation dans le but d'utiliser les lieux pour un centre de formation que je prévoyais de monter. Mais en raison de l'état déplorable du bâtiment (chauffage inutilisable, électricité non conforme, fuites d'eau multiples, présence d'amiante, etc., qui n'étaient pas détectable avant mon entrée dans les lieux) j'en suis partie quatre mois plus tard pour louer une habitation conventionnelle et confortable. Toutefois la location de l'hôtel a permis de recevoir plusieurs Zoners.

En août 2003, j'ai créé une entreprise dans le cadre de laquelle je me suis installée comme psychothérapeute et j'ai monté un centre d'enseignement et de recherche en sémantique générale, l'Académie 23 : www.geocities.com/academie23/ . Ce cadre officiel est assez ouvert pour intégrer la vente des livres et des créations d'Interzone, organiser des rencontres, etc. Nous disposons donc maintenant du cadre légal nécessaire pour réaliser ce que nous voulions faire. Pour ce qui est de l'hébergement et de la restauration, ils sont disponibles sur place.

Cette installation a été rendue possible grâce aux aides de l’État dont j'ai pu bénéficier après le CDD de trois mois effectué à mon retour : un conseil de l'ANPE avant la création de l'entreprise, puis une aide à la création d'entreprise (dossier ACRE) qui maintient pendant un an les avantages sociaux dont je bénéficiais auparavant et exonère d'un certain nombre des dépenses inhérentes au statut d'indépendant (taxe professionnelle, certaines des cotisations de l'URSSAF.) J'ai également mis à profit le stage de gestion réalisé à Poitiers en 1999, ainsi que l'aide dont j'avais alors bénéficié de la part de la municipalité pour établir un bilan prévisionnel.

Ce contexte rend cette installation en libéral et la création de l'entreprise gérables sur le plan financier, permettant de ne pas avoir le couteau sous la gorge financièrement, et d'effectuer les différentes étapes les unes après les autres en se concentrant au départ non sur la productivité, mais sur la qualité du contenu.

En ce qui concerne les réalisations prévues il y a deux ans (voir le bilan de 2002 à http://semantiquegenerale.free.fr/gsmoney4.htm), certaines prévisions ont été réalisées, d'autres non, et d'autres différemment de ce qui était prévu:

En ce qui concerne Le Taxidermiste et les dreamachines :

- j'imprime les exemplaires du Taxidermiste sur demande, celles-ci n'étant pas suffisantes pour justifier un tirage en série. Dans la mesure où tous le livre est prêt à imprimer, cela ne nécessite que le temps de l'impression. Je vais utiliser une imprimante laser noir et blanc, moins onéreuse que l'imprimante à jet d'encre que j'ai utilisée jusqu'ici.

J'utilise le même procédé pour mes livres, le fait d'imprimer à la demande permettant une totale liberté par rapport au contenu, qui peut être réactualisé au fil du temps, et ne demande pas d'investissement..

- pour la dreamachine , j'ai refait d'autres plans, adaptés à une platine 45 tours, car les 78 tours sont maintenant introuvables. En raison des différences électriques entre la France et les autres pays, j'ai adapté les plans au plateau de la Sony PS-LX250H, qui est disponible partout, et que les amateurs de dreamachine peuvent acheter chez eux directement, ce qui évite d'utiliser un transformateur. Je ne vends donc que les cylindres et les supports. Les modèles disponibles existent en versions peintes, et illustrée, avec des reproductions des illustrateurs d'Interzone : j'en ai réalisé une avec un tableau de Kenji Siratori.

Le catalogue 2004 est maintenant en ligne à http://www.inter-zone.org/catal1.html

Dans le domaine des sites, sont apparus

* Interzone Library www.geocities.com/interzonelibrary/ qui contient les versions intégrales des livres en ligne. Ceux-ci sont disponibles en CD, la compilation littéraire "Come to Free the Words".

* "Agence de Presse Interzone" rebaptisée "Reporters Rédacteurs d'Interzone", contient des articles, reportages, cut-ups, et autres rubriques liées au domaine du journalisme. Le site permet de faire connaître les articles et leurs rédacteurs, et d'entrer en contact avec des média désireux de les acheter, sur des bases contractuelles claires et définies au départ

- Academie 23 et les yahoo clubs :

- "Psyber café" : http://groups.yahoo.com/group/psybercafe/ : groupe d'échanges de professionnels de la psychiatrie

- Société Francophone de Sémantique Générale: http://groups.yahoo.com/group/sfsg/

- Academie 23 http://fr.groups.yahoo.com/group/academie23/

En ce qui concerne la formulation d'une économie non-aristotélicienne, voici les derniers éléments rédigés, en complément des pages précédentes :

Elle repose sur :

1) la prise en compte des ressources et moyens réels des individus, sur les plans matériels, mais aussi humains, indépendamment de l'absence de prise en compte de ces ressources dans le système économique,

2) et la mise en commun de ces ressources : mathématiquement, en fonction du principe de non-additivité, le résultat est supérieur a la somme des parties sur la base de 1 + 1 = 3.

A partir de là, le résultat augmente de manière exponentielle avec le nombre d'individus qui fonctionnent dans ce système, ce qui s'est produit dans le cadre d'Interzone.


L'ensemble qui est alors constitué se retrouve détenteur de ressources et de potentialités qui lui appartiennent en propre, n'existent nulle part ailleurs, ne sont pas prévisibles au départ dans la mesure où personne ne dirige l'ensemble, et où les gens se coordonnent en fonction de facteurs impossibles à maîtriser par quiconque. Ses éléments peuvent alors s'organiser entre eux indépendamment du contexte économique existant, sur la base de ce qu'ils peuvent faire et ont envie de faire, et de la réalité telle qu'elle se présente, et non limitée à une vision préenregistrée de celle-ci : le territoire est plus vaste que l'image qu'on en avait précédemment => prise en compte et utilisation de composantes du terrain dont il était fait abstraction auparavant.

Autrement dit, il ne s'agit plus d'une économie basée sur des valeurs symboliques, dont la valeur est non pas inhérente aux symboles, mais à la structure nerveuse des gens qui la lui attribuent. Ce dont il s'agit est d'une économie extensionnelle, basée sur les faits : partir des besoins humains réels, et utiliser pour y répondre les ressources effectives, les ressources humaines et celles du milieu, en restructurant à partir de ce qu'on a, en tirant partie des potentiels et ressources inexploitées et négligées, sachant qu'on a à l'arrivée bien plus que ce qu'on avait individuellement au départ.

Dans ce cadre, l'expérience démontre qu'on n'a pas besoin d'argent : chacun utilise son matériel personnel, personne ne fait de dépense supplémentaire. Je coordonne moi-même ce réseau avec très peu d'argent, mes revenus se limitant au cours des dernières années à des CDD précaires et au RMI.

3) L'autre postulat de cette économie est que l'enrichissement individuel est tributaire de celui de l'ensemble :il n'est plus du tout question ici de prendre l'argent des poches de qui que ce soit pour le mettre dans les siennes, ce qui se solde à long terme par un pillage institutionnalise engendrant à la ruine de l'économie.

Il n'est pas question non plus d'entrer en compétition avec l'économie officielle, ni de créer une force politique alternative, ni rien de ce genre, mais d'intégrer ce changement de relations dans l'économie, à partir du niveau individuel d'abord, et en engendrant un changement des relations avec les niveaux supérieurs dans le cadre même de l'économie actuelle. Cette mutation est également de l'intérêt de ces derniers : le fonctionnement actuel basé sur le pillage institutionnalisé se solde à long terme par un épuisement des ressources et la ruine de l'économie; le changement de relation permet au contraire aux plus riches de continuer de s'enrichir à travers une multiplication des ressources, non plus au détriment des plus pauvres, mais à leur bénéfice; Autrement dit, tout le monde gagne sur tous les tableaux.

L'impulsion ne va plus du haut vers le bas de la pyramide, mais du bas, dont dépend ce changement, vers le haut. Comme dit Laborit : "L'objectif n'est pas d'enlever le pouvoir à ceux qui l'ont, il est de généraliser le pouvoir."

Sur le plan biologique, cela consiste à restructurer nos affaires humaines, ici l'économie, sur la structure de notre organisme. (relations de non-dominance, complémentarité, interdisciplinarité, ouverture thermodynamique et informationnelle). La similarité de structure entre les différents niveaux permet alors une résolution des opposition inhérentes aux dissimilarités de structures précédentes générées par les logiques de pensées aristotéliciennes et cartésienne, et constitue une grille prédictive et efficace permettant d'obtenir des résultats satisfaisants aux niveau individuel, local, national et international.

Il ne s'agit pas de sortir du cadre du libéralisme, mais d'adopter à l'intérieur de celui-ci des règles et des fonctionnements dont il est porteur potentiellement, mais qui n'ont pas été explorés jusqu'ici en raison des limites conceptuelles et des mécanismes de pensée par oppositions dans lesquelles notre civilisation est restée mentalement enfermée depuis 2500 ans, et qui nous ont empêchés de manier correctement les symboles

Il en va de même pour la globalisation : seule une économie libre et mondialisée peut convenir à un réseau international dont les membres sont dispersés dans le monde entier, et constituer une alternative aux limites de législations nationales toutes différentes et rendant inapplicables des transactions internationales à l'échelle de plusieurs pays, à l'exception des paradis fiscaux.

Il n'est donc pas question de créer un système antagoniste au précédent entrant en compétition avec lui, mais de s'intégrer à celui-ci en substituant des règles claires et justes à des règles truquées et en proposant un cadre en mesure de l'intégrer tout en l'adaptant.

Sur le plan biologique, cela consiste à restructurer nos affaires humaines en fonction de la structure de notre organisme. (relations de non-dominance, complémentarité, interdisciplinarité, ouverture thermodynamique et informationnelle). La similarité de structure entre les différents niveaux permet alors une résolution des oppositions inhérentes aux dissimilarités de structures précédentes générées par les logiques de pensées aristotéliciennes et cartésienne.


Je sais que cela peut paraître idéaliste à première vue, mais ce que je dis là repose

1. sur une démonstration mathématique,

2. sur une confrontation de celle-ci à l'épreuve des faits dans le cadre d'un groupe humain donné.

3. sur l'application dans le cadre de ce groupe, d'un ensemble de concepts apparus dans le cadre de l'évolution scientifiques du XX° siècle.

Certains prétendent ici que l'économie libérale actuelle repose sur la cupidité, l'avidité. Je ne parle pas ici en termes de morale, ni ne juge quiconque. Examinons maintenant cette phrase : "Le libéralisme repose sur l'avidité" : où cela nous conduit-il ? D'abord l'avidité ne constitue pas le monopole du libéralisme: si nous observons ce qui se passe dans les régimes soi-disant socialistes, l'avidité ne disparaît pas: l'argent ne fait que de passer des mains de la droite dans celle de la gauche, qui mettent ensuite sur pied un autre système hiérarchique qui conduit à d'autres inégalités. Il n'y a pas d'un côté "les libéraux avides" et de l'autre, "les généreux socialistes". Les idéologies diffèrent mais les mécanismes de pensée et de comportement sont similaires.

Prenons maintenant l'exemple d'un enfant gourmand: si vous êtes un enfant avide de nourriture et si votre avidité a des conséquences fâcheuses pour vous, alors vous subirez ces conséquences. Vous mangez trop de gâteau, et le lendemain vous êtes malade. Vous comprenez ensuite que si vous ne voulez pas être malade, la prochaine fois vous éviterez de trop manger. Vous comprenez que l'interdiction "Ne mange pas trop de gâteau" n'est pas une question de morale, que ce qui est en jeu n'est pas "la gourmandise est mauvaise", mais que la gourmandise a des conséquences fâcheuses pour vous. Elle vous rend malade. Ainsi vous ne modérez pas votre appétit parce que cette modération est "bonne" d'un point de vue moral, mais pour éviter d''être malade; c'est ce que Korzybski appelle "sagesse égoïste" : vous ne pensez plus ni n'agissez plus en termes de valeur "bien" / "mal", dans un système d'évaluation donné, en contradiction avec d'autres systèmes d'évaluation, mais en fonction des conséquences de vos actes au niveau des faits, pour vous et les autres. Vous sortez d'une logique de culpabilité pour passer à une logique de responsabilité.

La démarche adoptée ici n'est pas une construction théorique abstraite à laquelle je tenterais d'adapter l'économie du réseau, mais de la démarche inverse : la pratique a commencé à exister avant la théorie, avant même que nous commencions à penser en termes d'économie, étant partis au départ de l'expérimentation des concepts burroughsiens. C'est le mode de relation adopté spontanément sur la base de ces concepts (la Famille Johnson, expérimentation des fonctions non-ariostotéliciennes de l'écriture) et les objectifs poursuivis dans le cadre du réseau (créer notre réalité ) qui a conduit à cette pratique, puis la pratique qui a conduit à l'analyse de ce qui se passait en termes de sémantique générale, (que Burroughs avait également étudiée et qu'il avait utilisée dans son écriture), puis à la verbalisation d'une économie non-A, et la création d'une entreprise qui se propose de fonctionner sur ces bases (2002-2004).

Le processus s'est fait dans l'ordre suivant: Concepts => mode de relation => objectifs communs => pratique => théorie structurée en fonction de cette dernière.

La démarche adoptée ici est basée sur les faits, et adaptée à ceux-ci.

Avec le recul du temps, il est assez amusant de voir cette expérience réalisée par les héritiers du petit fils de l'inventeur de la machine à calculer. :-)


VI January 2006 : a non-Aristotelian globalization ? / VI. Janvier 2006: une mondialisation non-aristotélicienne ?

Retour à : Restructuration: Une économie non-aristotélicienne


Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande