Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande

A non-Aristotelian economy / Une économie non-aristotélicienne : restructuration :

VI. January 2006: A non-Aristotelian globalization ? / Janvier 2006: Une mondialisation non-aristotélicienne ?

4 janvier 2006

© Isabelle AUBERT-BAUDRON

(liens actualisés le 09 04 2010)

A. Korzybski, livres et traductions

Articles Sémantique Générale

Sémantique Générale et physique quantique

Sémantique générale et sciences humaines

Pour une économie non-aristotélicienne (blog)

Autres articles non-A

Bibliographie

Interzone Editions

Here is an idea in the frame of the research on a non-Aristotelian economy, based upon general semantics, which has been started in the framed of the Zone since some years (see http://www.inter-zone.org/economy.html).

a) Definitions :

First, what do I mean by non-A economy ? One can understand it comparatively to an Aristotelian economy. An Aristotelian economy rests on Aristotle's logic : principle of identity, of contradiction and of third excluded.(See the details in the article "Les différentes étapes de l'évolution de l'Occident : Aristote, Descartes, Korzybski : trois visions de l'homme et du monde" 26 Juin 1998 ).This system has shaped the vision of the world and the relations between humans since more than 2000 years.

It rests on the following postulates:

- the belief in the value of money as something real, in economical rules gifted with a real existence, independent on its users,

- the postulate according which the only way to get money would be to take it from somebody else,

- a structure of relations based upon exclusion,

- relations of competition, of conflict, between included and excluded, the rich and the poor,

- a strategy based upon intelligence of strength relations to get money.

This system rests on parasitism, on the plundering of the resources, and consists in sawing the branch on which one sits: once the resources have run out, there is no resource left and the system collapses.

So comparatively, a non-A economy is based upon :

- a concept of money as "a symbol of exchange between humans, the value of which rests on a common agreement between its users" (Alfred Korzybski: see Science and Sanity: "On symbolism" )

- the postulate according to which it is possible to earn money without taking it from somebody else,

- a structure of relations based upon inclusion of all the elements in the same set ("A structure is the set of the relations between the elements of a same set" (Henri Laborit: "La Nouvelle Grille")

- relations of non competition, complementarity, interdisciplinarity and informational openness, similar to the structure of living species (Henri Laborit), leading to a higher result than the sum of the parts (1 + 1 > 2, mathematical principal of non-additivity, applied to writing by W. Burroughs and Brion Gysin as "the Third mind")

- a strategy based upon strength of intelligence relations,

- enrichment of ALL the partners.

b) Simulations :

Here are now two imaginary simulations between some partners of different countries :

Mr X Singh in India is a merchant of crafts. He sells mural paintings for 4 € each. The usual way of dealing is that I, in France, buy him one for 4 € which I sell here in France for 40 euros. So I am getting, once the mail fees are taken out (5 €) : 40 - (4+5) = 31 € for each. So when Mr X Singh earns 4 euros, I earn 31.

Now here are some non-A ways we might proceed:

If we consider such an exchange in the frame of globalization, there are, lets say to make it short and simple, "rich countries" where one can earn 31 euros for a given product, and "poor countries" where one gets 4 euros for the same product. The prices are adapted to the level of life in the different countries. But in this frame of globalization, these difference of levels of life induce relations of dependency and strength, and all kind of conflicts between the poor and rich ones.

So the point is to find a way allowing to get rid of those sources of conflicts, which are not only economical, but involve the whole Aristotelian system and postulates which still shape our vision of the world and condition the relations between humans. The frame of Interzone seems favorable as it is an example of an international group in which all the elements are included, without any consideration for the usual barriers which are used to exclude people in the Aristotelian world.

Example 1 :

Instead of buying Mr Singh each painting 4 euros, I am going to propose him to give him 4 + 5 = 9 €. So he will get 5 € more than he usually gets , at the condition that he gives 2 € to somebody who has no money. So he ends to sell his painting 7 € instead of 4 €.

Of course, I get less money than the usual trade (31 - 5 = 26 €) but as my Indian partner gets more than with the other buyers, he is interested in keeping me as a client, so I can buy him more, and sell more, so I get more money this way. The person who originally had 0 € gets 2 €; with this, he can eat when he could not buy anything with 0 euros. He can also make a product which costs 2 euros in India, and, if I buy it from him, I can sell for 20 euros in France. So, using the same system as with Mr X Sing, I am going to buy him (2 + 5) = 7 euros, at the condition he gives 2 euros to somebody else who has 0 euros. Etc....

Example 2 :

I buy Mr X Singh a painting which costs 4 euros, which I sell 40 euros. Taken out the mail fees, I get 31 euros. So my benefit here is 31 euros, when Mr Singh's one is 4 euros. We can add both benefits (31 + 4 = 35) and share it in 2 : 17,5 euros. So each of us earns 17,5 euros.

Even this way, I earn on the product 17,5 - 4 = 13,5 euros, which remains three times more than my original investment. So I earn a bit more than 300 % on it, which is financially correct.

Mr Singh earns 13,5 euros more than he would have earned the usual way, which is 400 %. So he gives 4 euros to somebody else who has 0 euro, and who now gets 4, so he earns, just like me 300 %.

I suppose one can imagine a hundred of examples based upon the same principle.

On these bases, relations of exclusion and conflict have no reason to be, as all the partners have interest in being part of the deal, and to be partners with each other. This system does not create poverty, it creates wealth for everyone. The example here can be applied the same way between other countries, and not only at the international level, but also national. It might allow us to get out of the logic of opposition between the rich and poor, and escape the different ideologies which perpetuate conflicts between citizens of a same country.

c) Inferences at higher levels :

Considered at individual level, this system may appear as naive and cute. But considered in the frame of future international economical relations with Eastern Asia in the frame of globalization, it might allow us to get out of the actual economical logic which is going to go on at our detriment. In other words, it might allow us to invert the impulse.

Applied in the frame of national economies, it might allow us to get out of a logic generating conflicts between the rich and poor, and to the ideologies which come from it, rightist as leftist, which perpetuate conflicts between citizens of a same country.

What do you guys think about this so far ? Any feed-back welcome (forum of the site "La sémantique générale pour tous": http://semantiquegenerale.free.fr/forum/ )

(The forum has been suppressed since: it has been hacked, and its administrator stopped it as he was fed up to receive everyday a lot of porn messages.)

Voici une idée dans le cadre de la recherche d'une économie non-aristotélicienne, basée sur la sémantique générale, qui a été entreprise dans le cadre d'Interzone il y a plusieurs années (voir http://www.inter-zone.org/economy.html)

1. Définitions :

Tout d'abord, qu'est-ce que j'entends par économie non-aristotélicienne ?

On peut le comprendre en comparaison avec une économie aristotélicienne. Une économie aristotélicienne repose sur la logique d'Aristote (principe d'identité, de contradiction et du tiers exclu : voir à ce sujet la déstructuration du système aristotélicien dans l'article Les différentes étapes de l'évolution de l'Occident: Aristote, Descartes, Korzybski, Trois visions de l'homme et du monde 26 Juin 1998) Ce système a façonné la vision du monde et les relations entre humains depuis plus de 2000 ans.

Il repose sur les postulats suivants:

- la croyance en la valeur de l'argent comme quelque chose de réel, et en des règles économiques dotées d'une existence en soi, indépendante de ses utilisateurs,

- le postulat selon lequel il n'est possible de s'enrichir qu'en dépouillant quelqu'un d'autre,

- une structure de relation basée sur l'exclusion,

- des relations de compétition, de conflits, entre inclus et exclus, les riches et les pauvres,

- une stratégie basée sur l'intelligence des rapports de force pour obtenir de l'argent.

Ce système repose sur le parasitisme, le pillage des ressources, et sur le principe qui consiste à scier la branche sur laquelle on est assis: une fois que les ressources sont épuisées, qu'il n'y a plus rien à piller, le système s'effondre.

Ainsi, en comparaison, une économie non-A est basée sur :

- une conception de l'argent comme "un symbole d'échange entre humains, dont la valeur repose sur un commun accord entre ses utilisateurs, ainsi que les règles économiques, qui dépendent des contrats établis entre ses utilisateurs" (Alfred Korzybski: voir "Science and Sanity": "Du symbolisme"

- le postulat selon lequel il est possible de gagner de l'argent sans le prendre à quelqu'un d'autre,

- une structure de relation basée sur l'inclusion de tous les éléments dans le même ensemble, ("Une structure est l'ensemble des relations existant entre les éléments d'un même ensemble." (Henri Laborit, La Nouvelle Grille)

- des relations de non-dominance, de complémentarité, d'interdisciplinarité et d'ouverture informationnelle, similaires à la structure des organismes vivants (Henri Laborit), aboutissant à un résultat supérieur à la somme des parties (1 + 1 = 3, principe mathématique de non-additivité, appliqué par William Burroughs et Brion Gysin à l'écriture: "le Tiers Esprit" ("Oeuvres Croisées").

- une stratégie basée sur la force des rapports d'intelligence,

- l'enrichissement de TOUS les partenaires.

2. Simulations :

Voici maintenant deux simulations imaginaires entre partenaires de différents pays :

- Mr X Singh en Inde est un commerçant qui vend des peintures murales sur tissu à 4 euros pièce. Selon les règles du commerce habituel, si je lui en achète une, je peux la revendre 40 euros en France. Je gagnerai donc, une fois enlevés les frais de poste (5 euros) : 40 - (4+5) = 31 euros pour chaque produit.

Ainsi, quand Mr Singh gagne 4 euros, j'en gagne 31.

- Voici maintenant d'autres façons non-A de procéder :

Si nous considérons un tel échange dans le cadre de la mondialisation, il a lieu entre, disons pour faire court et simple, des "pays riches", où l'on gagne 31 euros pour un produit donné, et des "pays pauvres" où le même produit va rapporter 4 euros. Mais dans ce cadre de la mondialisation, ces différences de niveau de vie engendrent des relations de dépendance et des rapports de force, et toutes sortes de conflits entre riches et pauvres.

La question est alors de trouver un fonctionnement qui permette de se débarrasser de ces sources de conflits, qui ne sont pas simplement économiques, mais impliquent tout le système et les postulats aristotéliciens qui structurent notre vision du monde et les relations entre humains.

Le cadre d'Interzone semble propice car c'est un exemple d'un groupe international dans le cadre duquel tous les éléments sont inclus, sans considération pour les barrières habituelles (nationalités, langues, religions, idéologies, etc.) qui sont utilisées pour exclure des gens dans le monde aristotélicien.

Exemple 1 :

Au lieu d'acheter à Mr Singh chaque peinture au prix de 4 euros, je vais lui proposer de lui donner 4 + 5 = 9 euros, à savoir 5 euros de plus que ce qu'il touché habituellement, à la condition qu'il donne 2 euros à quelqu'un qui n'a pas d'argent. Au bout du compte, il vend chaque peinture 7 euros au lieu de 4 euros. Bien sur, je touche moins d'argent sur chaque produit (31 - 5 = 26 euros) mais comme mon partenaire indien gagne plus qu'avec les autres acheteurs, il a intérêt à me garder comme client, si bien que je peux lui en acheter davantage, et en vendre davantage, et gagner ainsi plus d'argent.

La personne qui à l'origine n'avait rien (0 euros) obtient 2 euros; avec, il peut manger, alors qu'il ne pouvait auparavant rien acheter avec 0 euros. Il peut aussi confectionner un produit qui coûte en Inde 2 euros, que je vais lui acheter et pouvoir vendre 20 euros en France. Ainsi, utilisant le même système qu'avec Mr X Singh , je vais le lui acheter (2 + 5) = 7 euros, à la condition qu'il donne 2 euros à quelqu'un d'autre qui est sans argent, etc.

Exemple 2 :

J'achète à Mr X Singh une peinture à 4 euros, que je vends 40 euros. Une fois enlevés les frais de port, je gagne 31 euros, alors que Mr Singh gagne 4 euros. Nous pouvons alors ajouter les deux bénéfices (31 + 4 = 35) et le partager en 2 : 17,5 euros. Chacun d'entre nous gagne donc 17,5 euros.

Même de cette façon je gagne sur chaque produit 17,5 - 4 = 13,5 euros, ce qui reste plus de trois fois plus que mon investissement de départ. Je gagne donc un peu plus de 300 % dessus, ce qui est correct.

Mr Singh gagne 13,5 euros de plus que ce qu'il aurait gagné dans le système habituel, autrement dit, 400 %. Il donne alors 1/4 de ses gains, à savoir 4 euros, à quelqu'un d'autre qui est dépourvu d'argent, et gagne tout comme moi 300%.

Je suppose qu'on peut imaginer des centaines d'exemples et de combinaisons basés sur le même principe.

Sur ces bases, les relations d'exclusion et de conflit n'ont pas lieu d'être, car tous les partenaires ont intérêt à la transaction, et à être partenaires les uns avec les autres. Ce système ne crée pas de pauvreté, il crée de la richesse pour tout le monde. L'exemple utilisé ici peut être appliqué de la même façon entre d'autres pays, et non seulement au niveau international, mais également national. Il pourrait nous permettre de sortir de la logique par opposition entre riches et pauvres, et d'échapper aux différentes idéologies qui perpétuent des conflits entre citoyens d'un même pays.

3. Inférences aux niveaux supérieurs :

Considéré au niveau individuel, ce système peut apparaître comme naïf et gentillet. Mais considéré dans le cadre des futures relations économiques internationales avec les pays émergents dans le cadre de la mondialisation, il peut nous permettre de sortir de la logique économique actuelle qui va dans les années à venir s'exercer à notre détriment. Autrement dit, il peut nous permettre d'inverser la vapeur.

Appliqué au niveau de l'économie nationale, il peut nous permettre de sortir de la logique des conflits entre riches et pauvres, et aux idéologies conflictuelles qui en découlent, de droite comme de gauche, qui ne font que perpétuer les conflits entre citoyens d'un même pays.

Qu'en pensez-vous ? Tout feed-back bienvenu. (forum du site "La sémantique générale pour tous":

http://semantiquegenerale.free.fr/forum/ )

(Le forum a été supprimé depuis: il a été hacké et son administrateur a renoncé à s'en occuper car il en avait assez d'être bombardé quotidiennement de messages pornos.)


VII. Janvier 2009: Interzone Editions: expérimentation d'une économie non-aristotélicienne 14 janvier 2009

Retour à : Restructuration: Une économie non-aristotélicienne

Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande