Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande

A non-Aristotelian economy / Une économie non-aristotélicienne: restructuration:

I. New data on money: what are we talking about exactly? / Nouvelles données sur l'argent : de quoi parlons-nous exactement ? :

© Isabelle AUBERT-BAUDRON

(liens actualisés le 08 04 2010)

A. Korzybski, livres et traductions

Articles Sémantique Générale

Sémantique Générale et physique quantique

Sémantique générale et sciences humaines

Pour une économie non-aristotélicienne (blog)

Autres articles non-A

Bibliographie

Interzone Editions

Plan of the article

1. What is money ?

a) Money is a symbol of exchange, the value of which rests on a common agreement.

b) A symbol is a sign which stands for something.

2 The value of money.

3. What does a contract imply ?

4. How can we get out of here ? To give up relations of power to the benefit of relations of cooperation:

a) Value of money and human value
b) Similarity of structure between biological and institutional levels
c) Similarity of structure between political and monetary levels

I New data on money: what are we talking about exactly?

When we are confronted to the question of money, a number of questions appear, and due to their complexity, we got the feeling that the subject is beyond our understanding. Einstein: "When a problem is beyond us, let's pretend to be the organizer."

So let us take Korzybski's data, which treat about the base of the function of money in Western civilization, and let us try to rebuild from there.

1. What is money ?

a) Money is a symbol of exchange, the value of which rests on a common agreement.

"The affairs of man are conducted by our own, man-made rules and according to man-made theories. Man's achievements rest upon the use of symbols. For this reason, we must consider ourselves as a symbolic, semantic class of life, and those who rule the symbols, rule us. Now the term 'symbol' applies to a variety of things, words and money included. A piece of paper, called a dollar or a pound, has very little value if he other fellow refuses to take it; so we see that money must be considered as a symbol for human agreement, as well as deeds to property, stocks, bonds, . The reality behind the money-symbol is doctrinal, 'mental', and one of the most precious characteristics of mankind. But it must be used properly; that is, with the proper understanding of its structure and ways of functioning. It constitutes a grave danger when misused.

When we say 'our rulers', we mean those who are engaged in the manipulation of symbols. There is no escape from the fact that they do, and that they always will, rule mankind, because we constitute a symbolic class of life, and we cannot cease from being so, except by regressing to the animal level.

The hope for the future consists in the understanding of this fact; namely, that we shall always be ruled by those who rule symbols, which will lead to scientific researches in the field of symbolism and s.r. (semantic reactions : reactions bound to the use of words at the emotional, biological, colloidal, etc., levels) ). We would then demand that our rulers should be enlightened and carefully selected. Paradoxical as it may seem, such researches as the present work attempts, will ultimately do more for the stabilization of human affairs than legions of policemen with machine guns, and bombs, and jails, and asylums for the maladjusted." A. Korzybski. "Science and Sanity", On symbolism, p.76 - 77.

b) A symbol is a sign which stands for something:

The use of symbols is specific of mankind : for money to be "money", it requires a human brain to conceive it as such. A case full of bills in the desert is not "money", it's a case full of paper and ink. A treasure at the bottom of the sea is not a "treasure", but a bunch of metallic pieces.

For a symbol to be a symbol, it has to represent something gifted with real existence : if I sign a check and my bank account is empty, my check does not represent the sum written on it, it represents nothing. If I talk about a "square circle", the words "square circle" do exist, but they represent nothing real. Hence, the words "square circle" are not symbols of anything, they are meaningless words.

"In the rough, a symbol is defined as a sign which stands for something. Any sign is not necessarily a symbol. If it stands for something, it becomes a symbol for this something. If it does not stand for something, then it becomes not a symbol but a meaningless sign. This applies to words just as it does to bank cheques. If one has a zero balance in the bank, but still has a cheque-book and issues a cheque, he issues a sign but not a symbol, because it does not stand for anything. The penalty for such use of these particular signs as symbols is usually jailing. This analogy applies to the oral noises we make, which occasionally become symbols and at other times do not; as yet, no penalty is exacted for such a fraud.

Before a noise., may become a symbol, something must exist for the symbol to symbolize. So the first problem of symbolism should be to investigate the problem of 'existence'. To define 'existence', we have to state the standards by which we judge existence. At present, the use of this term is not uniform and is largely a matter of convenience. Of late, mathematicians have discovered a great deal about this term. For our present purposes, we may accept two kinds of existence : (1) the physical existence, roughly connected with our 'senses' and persistence, and (2) 'logical ' existence. The new researches in the foundations of mathematics, originated by Brouwer and Weyl, seem to lead to a curtailment of the meaning of 'logical' existence in quite a sound direction; but we may provisionally accept the most general meaning, as introduced by Poincaré. He defines 'logical' existence as a statement free from self-contradictions. Thus, we may say that a 'thought' to be a 'thought' must not be self-contradictory. A self-contradictory statement is meaningless; we can argue either way without reaching any valid results. We say, then, that a self- contradictory statement has no 'logical' existence. As an example, let us take a statement about a square circle. This is called a contradiction in terms, a non-sense, a meaningless statement, which has no 'logical' existence. Let us label this 'word salad' by a special noise - let us say, 'blah-blah'. Will such a noise become a word, a symbol ? Obviously not - it stands for nothing; it remains a mere noise., no matter if volumes should be written about it.

It is extremely important, semantically, to notice that not all the noises., we humans make should be considered as symbols or valid words. Such empty noises., can occur not only in direct 'statements', but also in 'questions'. Quite obviously, 'questions' which employ noises., instead of words, are not significant questions. They ask nothing, and cannot be answered. They are, perhaps, best treated by 'mental' pathologists as symptoms of delusion, illusion, or hallucinations. In asylums the noises., patients make are predominant meaningless, as far as the external world is concerned, but become symbols in the illness of the patient..... " Alfred Korzybski. "Science and Sanity", On symbolism p. 78-79.

2. The value of money:

Money has no value by itself out of its function of exchange : if we can exchange it against goods, for instance if we are in the desert with a case full of bills, it won't prevent us to starve to death if we cannot find anybody to sell us water and food.

The value of money depends on an agreement between the buyer and the seller : if I try to buy bread in Japan with French francs, nobody will accept them, though it is real money, and my francs will be useless.

At the international level, the value of money rests on a common agreement between nations : the data below come from the site Transaction Net: http://www.transaction.net/

"International Monetary Fund (IMF) International organization based in Washington D.C., which administers the Bretton Woods Agreement. The U.S. is the only country with veto power over IMF decisions. Bretton Woods Township in New Hampshire where the "Bretton Woods Agreement" was finalized after World War II after negotiations mainly between the British and the U.S.. The system agreed upon has also been called the "dollar-gold equivalence standard", because it gave the status of official global reserve currency to the US$, on the condition that the U.S. guarantee the convertibility of dollars into gold on demand of other Central Banks. In August 1971, President Nixon unilaterally reneged on that latter clause by "closing the gold window" when France and the UK requested such redemptions. This also inaugurated the era of "floating" exchanges" in which the values of each currency and of gold would be left free to be determined by market forces. "

Hence the value of dollar rests on the value it represents in gold. This means that nations agree on the value of gold and dollar as symbols of exchange, and that they are partners of a contract which accepts them as such.

3. What does a contract imply ?

A contract implies the agreement of all partners on the same bases, and the respect of those bases by all of them.

To choose a symbol of exchange means that all the partners must have this symbol of exchange in some measure for the exchanges to be possible. If a partner has a lot of it and other ones have not, the ones who do not own it cannot buy the goods of the first guy. Hence, in the places where this symbol is lacking, its value increases. For instance it has an official value 1 in the banks which corresponds to its international value, but in the black market, it will have a value 2, higher than it's real value. Moreover the value of the goods in this place decreases proportionally, they get a value 2', lower than their official value 1'. Hence an increase of the unbalance between both groups of partners, the richest get richer, and the poorest get poorer.

Now if the poorest has enough goods to be self sufficient and does not need to buy anything to the richest, he can face the situation and forget about the dollar, gold or whatever. But if he needs goods which the richest is the only one to own, then he becomes dependent on him, and the relations between both stop being relations based on a common agreement to become power relations. Hence, what could be called before "a symbol of exchange the value of which rests on a common agreement" stops to be so to become an instrument of domination, which is not the same thing at all.

If the rules of the contract change and become to the detriment of one of the partners, then it's not a contract anymore, but a rigged game. A contract implies the free agreement of the partners, otherwise it's not a contract, but an obligation imposed by strength.

To sum up, money then gets an instrument of domination, in a rigged game imposed by strength and leading to conflicts.

4. How can we get out of here ? To give up relations of power to the benefit of relations of cooperation:

"When animals must compete, humans can decide to cooperate." (Michel Dussandier)

a) Value of money and human value :

Money does not exist without humans to conceive it as such. It's a creation of our mental structure. So the value of money is proportional to the one we attribute to it. It depends on us. If we give it an existence and a value as inherent to itself, then we make a confusion between the symbol and what it represents, and forget that it only is a practical tool for exchanges. If we give it an absolute value, our own value becomes relative to it. We evaluate ourselves and the others in function of the sum of our wealth, which rests upon an inversion of the values and leads to exclusion of the poorest and to social conflicts. We inverse the values and become slaves of a tool invented to make life easier, which has no sense really.

If we lead our human affairs starting upon a logic of profit, as an enterprise, we adapt human needs to the laws of money. Hence non satisfying results at human levels : drastic reductions of staff in public services, lack of staff and beds in hospitals in comparison with the number of patients, decrease of the quality of meals and hostelry , and the health staff demonstrate. In the schools, the courses cannot be taught correctly, the buildings fall apart and the atmosphere between the pupils gets to such a mess that they send the cops to the schools to restore discipline ! Generally the responsibility of the problems is attributed to the people who suffer from it, teachers as pupils, one finds scapegoats, but the problems remain.

The paradox is that if one considers first human needs and gets adapted to them, it reveals itself much less expensive that the sums generally invested in budgets built on abstract considerations by administrative agents of hierarchic pyramids, not confronted to the reality of the work : those budgets include most of the time useless expenses, without relations with the aims of public service, the citizens have no information nor control on them, which leads to corruption, to an inaccurate distribution of the means and to financial failures.

When human value decreases, humans end to be treated worse than objects : no businessman would miss to have the vehicles checked, or to full them with petrol and oil before driving them. However, it seems "normal" to impose to workers a sum of work higher than the one they can humanly assume, due to the lack of staff. Hence people get ill, stop working, interim workers have to be employed, and the public cost ends to be higher than if people had worked in correct conditions. We have abolished slavery in theory, but have perpetuated it under a new shape, through a system that treats people like Kleenex.

We give lessons of democracy to the rest of the world with our declarations on the rights of Man, but inside our borders, we limit the application of human rights to the abstract "Man" and "Citizen" of the constitutions, words which represent no individual actually alive. As a consequence, those texts, which rest on a common agreement of the citizens, do not represent the rights of alive people, they remain inaccessible ideals when they should constitute the base of our institutions and human relations since several centuries.

Our democracy remains limited to the level of words, in a system which treat people as under-humans and under-citizens. From a democratic point of view, this decrease of human value and systems which lead to exclusion are purely and simply anticonstitutional and illegitimate in countries where people are supposed to be equals in rights, and where the law is supposed to be the same for all.

b) Similarity of structure between biological and institutional levels:

From a biological point of view, if we want to put up a new system resting on a common agreement with other partners, as long as we are human, the sine-qua-non condition for the game to be profitable to all is the similarity of structure between the system and human organism.

"The structure of living organisms confers to them two basic characteristics, which are strictly dependent the one of the other:

- they are opened systems at thermodynamic (light of the sun, air, food , etc.) and informational levels.

- they gather by levels of complexity.

"The structure of living organisms rests upon non-competition, complementarity, unterdisciplinarity and informational openness. In a living organism, each cell, each organ does not order anything. It only informs and is informed. There is no hierarchy of power, but of organization. The term "hierarchy" should be abandoned to the benefit of "levels of organization", which means "levels of complexity: molecular level (to compare to individual level), cellular level (to compare with the level of social group), level of organs (to compare with the level of the human set assuming a precise social function), level of systems (nations), level of the whole organism (species). No level has any "power" on the other, but it associates to it for an harmonious functioning of the whole related to the surrounding." Henri Laborit "La Nouvelle Grille", Editions Robert Laffont.

The problem with the monetary system is that is structure rests upon relations of competition and power, incompatible with ours. Hence, the human problems it leads to.

"To give power to the ones who do not have it does not require to take it from the ones who have it. Generalize power is the hopeful aim, as then there won't be any power." Henri Laborit , "La Nouvelle Grille"

Then we can put up a new financial system the structure of which is similar to the one of our organism, based not on competition, jungle law nor hidden markets, but on clear and fair exchanges, between civilized humans, worthy of those names. Then we would get to a similarity of structure at biologic and institutional levels.

c) Similarity of structure between political and monetary levels :

The countries which impulsed Bretton Wood Agreement call themselves democratic; which means that they refer to the political model based upon the recognition of human rights opposed to dictatorships, which refer to "the right of the strongest" Though strength does not confer any right nor has anything to see with rights, and the expression of "the right of the strongest" is meaningless, just as Korzybski's "square circle".

On which values do our democratic constitutions rest ? On our human value. Therefore they are similar to our biologic structure. Hence, rather than adapting our political models to the rules of the financial model which have not changed since ages, what is actually happening in the frame of world trade, we could rather adapt the financial level to our democratic level, and build up a monetary system based upon, absolute value of human person, and the relative, symbolic value of money. We could then adopt a conventional value of money once for all and for all countries, based upon the same price for each resource, and for all countries, which would allow us to have positive exchanges for all partners, without necessarily leading to phenomenons of fluctuations, inflation, nor financial crashes.

The result would be a similarity of structure at biological, political and monetary levels.

When obsolete models keep on generating the same problems, if we integrate in human levels the new data of our scientific evolution, as Henri Laborit did it in biology, new solutions appear, which could not come from the previous rationalist paradigm, based upon Newton's physics and Descartes' logic (XVII° century).

Plan de l'article

1. Qu'est-ce que l'argent ?

a) L'argent est un symbole d'échange dont la valeur repose sur un commun accord.

b) Un symbole est un signe qui représente quelque chose.

2. La valeur de l'argent.

3. Qu'est-ce qu'implique un contrat ?

4. Comment sortir de là ? Abandonner les relations de pouvoir au bénéfice de relations de coopération:

a) Valeur de l'argent et valeur humaine

b) Similarité de structure entre les niveaux biologique et institutionnel

c) Similarité de structure entre les niveaux politique et monétaire

I Nouvelles données sur l'argent: De quoi parlons-nous exactement ?

Quand nous sommes confrontés au sujet de l'argent, un certain nombre de questions surgissent, et en raison de leur complexité, nous avons le sentiment que le sujet nous dépasse. Einstein: "Quand un problème nous dépasse, feignons d'en être l'organisateur."

Prenons alors les données de Korzybski, qui traitent de la base de la fonction de l'argent dans la civilisation occidentale, et tentons de reconstruire à partir de là.

1. Qu'est-ce que l'argent ?

a) L'argent est un symbole d'échange dont la valeur repose sur un commun accord.

"Les affaires humaines sont dirigées par les propres règles que l'homme s'est données et d'après les théories qu'il s'est forgées. Les réalisations de l'homme reposent sur l'utilisation des symboles. Pour cette raison, nous devons nous considérer comme une classe symbolique et sémantique du monde vivant, et ceux qui contrôlent les symboles nous dirigent. Bien entendu, le terme 'symbole' s'applique à une quantité de choses, comme les mots et l'argent. Un morceau de papier, qu'on appelle un dollar ou une lire, a très peu de valeur si le voisin refuse de le prendre; ainsi nous voyons qu'il faut considérer l'argent comme un symbole d'un accord entre humains, et de même pour des actes de propriétés, des actions, des obligations,. La réalité derrière le symbole-argent est d'ordre doctrinal et 'mental', et c'est une des caractéristiques les plus précieuses de l'humanité. Mais elle doit être utilisée convenablement, c'est-à-dire avec une bonne compréhension de sa structure et de ses modes de fonctionnement. Autrement elle constitue un danger grave lorsqu'on en fait un mauvais usage.

Quand nous parlons de "nos dirigeants", nous parlons de ceux qui sont impliqués dans la manipulation des symboles. Nous ne pouvons pas échapper au fait qu'ils dirigent et dirigeront toujours l'humanité, parce que nous constituons une classe de vie symbolique, et nous ne pouvons cesser d'être ainsi, à moins de régresser au niveau animal.

L'espoir pour le futur consiste dans la compréhension de ce fait; à savoir que nous seront toujours dirigés par ceux qui dirigent les symboles, ce qui conduira à des recherches scientifiques dans le domaine du symbolisme et des s.r. (réactions sémantiques: réactions liées à l'utilisation des mots aux niveaux émotionnel, biologique, colloïdal, etc.). Nous devrions alors exiger que nos dirigeants soient éclairés et soigneusement sélectionnés Paradoxalement comme cela peut paraître, de telles recherches, comme l'ouvrage actuel en est une tentative, accompliront davantage pour la stabilisation des affaires humaines que des légions de policiers munis de fusils, et bombes , de prisons et d'asiles pour inadaptés." A. Korzybski, "Science and Sanity", Du symbolisme (1).

b) Un symbole est un signe qui représente quelque chose:

L'usage des symboles est spécifique de l'humanité: pour que l'argent soit de l'"argent", il faut un cerveau humain pour le concevoir comme tel: Une valise remplie de billets dans le désert n'est pas de l'"argent", c'est une valise remplie de papier et d'encre.Un trésor au fond de la mer n'est pas un "trésor", mais un amas de pièces de métal.

Pour qu'un symbole soit un symbole, il doit représenter une chose dotée d'une existence réelle: si je fais un chèque et que mon compte en banque est vide, mon chèque ne représente pas la somme d'argent inscrite dessus, elle ne représente rien. Si je parle d'un "rond carré", les mots "rond carré" existent bien, mais ils ne représentent rien de réel. De ce fait, les mots "rond carré" ne sont pas des symboles de quelque chose, ce sont des mots dépourvus de sens.

"En gros, un symbole est défini comme un signe qui représente quelque chose. Tout signe n'est pas nécessairement un symbole. S'il représente quelque chose, il devient un symbole de cette chose. S'il ne représente pas quelque chose, alors il ne devient pas un symbole mais seulement un signe dépourvu de sens. Cela s'applique aux mots tout comme aux chèques bancaires. Si quelqu'un détient un solde nul à la banque, mais possède toujours un chéquier et tire un chèque, il émet un signe et non un symbole, car le signe ne représente rien. Habituellement la pénalité pour un tel usage de ces signes particuliers en tant que symboles est l'emprisonnement. Cette analogie s'applique aux bruits que nous faisons par la bouche, qui deviennent occasionnellement des symboles, mais d'autres fois non; aucune pénalité n'est à ce jour infligée pour une telle fraude.

Avant qu'un bruit puisse devenir un symbole, quelque chose doit exister que puisse symboliser le symbole. Ainsi la première question du symbolisme consiste à poser la question de l'« existence ». Pour définir l'existence, il nous faut énoncer les critères par lesquels nous jugeons de l'existence. Aujourd'hui, l'emploi de ce terme n'est pas uniforme et est devenu, dans une large mesure, une affaire de préférence. Les mathématiciens ont dernièrement découvert une quantité de choses sur ce terme. En ce qui concerne nos objectifs présents, nous pouvons accepter deux types d'existence: (1) l'existence physique, liée en gros à nos 'sens' et à la persistance, et (2) l'existence 'logique'. Les recherches récentes amorcées par Brouwer et Weyl sur les fondements des mathématiques semblent aboutir, dans une démarche tout-à-fait sensée, à une restriction de sens de l'existence 'logique'; mais nous pouvons accepter provisoirement le sens le plus général tel que l'introduit Poincaré. Celui-ci définit l'existence 'logique' comme étant le propre d'une proposition qui n'est pas en contradiction avec elle-même. Nous pouvons dire ainsi que pour qu'une 'pensée' soit une 'pensée' elle ne doit pas se contredire. Un énoncé qui se contredit lui-même n'a pas de sens; on peut le prendre de toutes les façons sans parvenir à un résultat valable. Nous disons alors qu'un énoncé qui se contredit n'a pas d'existence 'logique'. En guise d'exemple, imaginons un énoncé à propos d'un cercle carré. C'est ce qu'on appelle une contradiction dans les termes, un non-sens, un énoncé qui n'a pas de sens, qui n'a pas d'existence 'logique'. Désignons cette 'salade de mots' par un bruit spécial-par exemple, 'bla-bla'. Un tel bruit deviendra-t-il un mot, un symbole ? Évidemment pas - il ne représente rien; il reste un simple bruit, même si l'on voulait écrire des volumes à son sujet.

Il est extrêmement important, d'un point de vue sémantique, d'observer que les bruits, que nous autres humains émettons, ne doivent pas tous être considérés comme des symboles ou des mots porteurs de sens. De tels bruits vides peuvent apparaître non seulement dans des 'formulations' directes, mais aussi dans des 'questions'. Il est bien évident que des 'questions' qui emploient des bruits au lieu de mots ne sont pas des questions qui ont une signification. Elles ne demandent rien, et on ne peut y répondre. Peut-être seraient elles mieux traitées par des pathologistes 'mentaux' comme symptômes d'illusions ou d'hallucinations. Dans les asiles, les bruits., que font les patients sont pour la plupart dénués de sens selon le point de vue du monde extérieur, mais ils deviennent des symboles dans la maladie du patient..." Alfred Korzybski. "Science and Sanity", Du symbolisme (1)

2. La valeur de l'argent:

L'argent n'a pas de valeur en lui-même en dehors de sa fonction d'échange: si nous ne pouvons l'échanger contre des denrées, par exemple si nous nous trouvons dans le désert avec une mallette remplie de billets, elle ne nous empêchera pas de mourir de faim et de soif si nous ne trouvons personne pour nous vendre de l'eau ou de la nourriture.

La valeur de l'argent dépend d'un accord entre l'acheteur et le vendeur: si j'essaye d'acheter du pain au Japon avec des francs français, personne n'en voudra, bien qu'il s'agisse d'argent réel, et mes francs me seront inutiles.

Au niveau international, la valeur de l'argent repose sur un commun accord entre les nations: les données ci-dessous proviennent du site Transaction Net: http://www.transaction.net/

"International Monetary Fund (IMF) International organization based in Washington D.C., which administers the Bretton Woods Agreement. The U.S. is the only country with veto power over IMF decisions. Bretton Woods Township in New Hampshire where the "Bretton Woods Agreement" was finalized after World War II after negotiations mainly between the British and the U.S.. The system agreed upon has also been called the "dollar-gold equivalence standard", because it gave the status of official global reserve currency to the US$, on the condition that the U.S. guarantee the convertibility of dollars into gold on demand of other Central Banks. In August 1971, President Nixon unilaterally reneged on that latter clause by "closing the gold window" when France and the UK requested such redemptions. This also inaugurated the era of "floating" exchanges" in which the values of each currency and of gold would be left free to be determined by market forces. "

En conséquence, la valeur du dollar repose sur la valeur qu'il représente en or. Cela signifie que les nations sont d'accord sur la valeur de l'or et du dollar comme symboles d'échange, et qu'ils sont partenaires d'un contrat qui les accepte comme tels.

3. Qu'est-ce qu'implique un contrat ?

Choisir un symbole d'échange signifie que tous les partenaires doivent disposer de ce symbole d'échange dans une certaine mesure pour que les échanges soient possibles: Si l'un des partenaires en a plein et que d'autres en manquent, ceux qui n'en disposent pas ne pourront acheter les biens du premier. En conséquence, dans les endroits où ce symbole fait défaut, sa valeur augmente: par exemple il a une valeur officielle 1 dans les banques qui correspond à sa valeur internationale, mais au marché noir il aura une valeur 2, plus élevée que sa valeur réelle. Et la valeur des biens dans cet endroit diminue proportionnellement, ils acquièrent une valeur 2', moins élevée que leur valeur officielle 1'. D'où une augmentation du déséquilibre entre les deux groupes de partenaires, le plus riche s'enrichissant, et le plus pauvre s'appauvrissant.

Maintenant si le plus démuni dispose d'assez de ressources pour être auto suffisant et qu'il n'a pas besoin d'acheter quoi que ce soit au plus riche, il peut affronter la situation et oublier le dollar, l'or ou autre. Mais s'il a besoin de biens que le plus riche est le seul à posséder, il en devient alors dépendant, et les relations entre les deux passent de relations basées sur un commun accord a des relations de pouvoir. D'où, qui pouvait alors être appelé "un symbole d'échange dont la valeur repose sur un commun accord" cesse de l'être pour devenir un instrument de domination, ce qui n'est pas du tout la même chose.

Si les règles du contrat changent et s'exercent au détriment d'un des partenaires, il ne s'agit plus d'un contrat, mais d'un jeu truqué. Un contrat implique le libre accord des partenaires, sans quoi ce n'est plus un contrat , mais une obligation imposée par la force.

En résumé, l'argent devient alors un instrument de domination, dans un jeu truqué imposé par la force et conduisant à des conflits.

4. Comment sortir de là ? Abandonner les relations de dominances au bénéfice de relations de coopération:

"Alors que les animaux en sont réduits à la compétition, les humains peuvent décider de coopérer." (Michel Dussandier)

a) Valeur de l'argent et valeur humaine:

L'argent n'existe pas sans des humains pour le concevoir comme tel. Il est une création de notre structure mentale. La valeur de l'argent est donc proportionnelle à celle que nous lui attribuons. Elle dépend de nous. Si nous lui attribuons une existence et une valeur comme inhérente à lui-même, nous confondons le symbole et ce qu'il représente, et oublions que ce n'est qu'un outil pratique pour échanger. Si nous lui attribuons une valeur absolue, notre propre valeur lui devient relative. Nous nous évaluons nous-mêmes et évaluons les autres en fonction de la somme de nos richesses, ce qui repose sur une inversion des valeurs et conduit à l'exclusion des plus démunis et à des conflits sociaux. Nous inversons les valeurs et devenons esclaves d'un outil inventé pour nous faciliter la vie, ce qui n'a pas véritablement de sens.

Si nous conduisons nos affaires humaines en partant d'une logique de profit, comme une entreprise, nous adaptons les besoins humains aux lois de l'argent, au lieu d'adapter les budgets aux besoins humains. D'où des résultats non satisfaisants au niveau humain : réductions drastiques de personnel dans les services publics, manque de personnel et de lits dans les hôpitaux par rapport aux nombre de malades, dégradations de la qualité des repas et de l'hôtellerie, et le personnel de santé manifeste. Dans les écoles, les cours ne peuvent être enseignés correctement, les bâtiments s'effondrent, et l'atmosphère entre les élèves devient si perturbée qu'on envoie la police dans les écoles pour restaurer la discipline ! Généralement la responsabilité des problèmes est attribuée aux gens qui en souffrent, professeurs et élèves, on trouve des boucs émissaires, mais les problèmes sont toujours là.

Le paradoxe est que si on considère d'abord les besoins humains et qu'on y adapte l'argent nécessaire, celui-ci se révèle souvent moins important que les sommes généralement investies dans des budgets établis sur des considérations abstraites par les agents administratifs de pyramides hiérarchiques, non confrontés aux réalités du travail et des gens: ces budgets incluent la plupart du temps des dépenses inutiles, sans relation avec les buts du service public; les citoyens n'ont aucune information ni aucun contrôle sur elles, ce qui conduit à la corruption et à une distribution inadaptée des moyens, et aboutit a des échecs financiers.

Quand la valeur humaine décroît, les humains finissent par être traités pire que des objets : il ne viendrait à l'idée d'aucun chef d'entreprise de ne pas faire entretenir ses véhicules, ni de les remplir en essence et en huile avant de conduire. Toutefois il semble "normal" d'imposer aux travailleurs une somme de travail qu'ils ne peuvent pas humainement assumer, en raison du manque de personnel En conséquence, les gens tombent malades, cessent de travailler, du personnel par intérim doit être embauché, et le coût public finit par être plus élevé que si les gens avaient travaillé dans des conditions correctes. Nous avons aboli l'esclavage en théorie, mais l'avons perpétué sous une nouvelle forme, à travers un système qui traite les gens comme des kleenex.

Nous donnons des leçons de démocratie au reste du monde avec nos déclarations des droits de l'homme, mais à l'intérieur de nos frontières nous limitons l'application des droits de l'homme à l'"Homme" et au "Citoyen" abstraits des constitutions, mots qui ne représentent aucun individu réellement vivant. En conséquence, ces textes, qui reposent sur un commun accord des citoyens, ne représentent pas les droits de gens réellement vivants, ils restent des idéaux inaccessibles alors qu'ils devraient constituer la base de nos institutions et de nos relations humaines depuis plusieurs siècles.

Notre démocratie reste limitée au niveau des mots, dans un système qui traite en fait les gens comme des sous-humains et des sous-citoyens. D'un point de vue démocratique, cette baisse de la valeur humaine et les systèmes qui engendrent l'exclusion sont purement et simplement anticonstitutionnels et dépourvus de légitimité dans des pays où les gens sont censés être égaux en droits, et où la loi est censée être la même pour tous.

b) Similarité de structure entre les niveaux biologique et institutionnel:

D'un point de vue biologique, si nous voulons élaborer un nouveau système reposant sur un commun accord avec d'autres partenaires, dans la mesure où nous sommes humains, la condition sine qua non pour que le jeu soit profitable pour tous les joueurs est la similarité de structure entre le système et l'organisme humain:

"La structure des organismes vivant leur confère deux caractéristiques fondamentales, qui sont strictement dépendantes l'une de l'autre :

- ils sont des systèmes ouverts, au niveaux thermodynamique (lumière du soleil, air, etc.) et informationnel

- ils s'assemblent par niveaux de complexité.

"La structure des organismes vivants repose sur des relation de non-dominance, de complémentarité , d'interdisciplinarité, et d'ouverture informationnelle. Dans un organisme vivant, chaque cellule, chaque organe, ne commande à rien. Il se contente d'informer et d'être informé. Il n'y a pas de hiérarchies de pouvoir, mais d'organisation. Le terme "hiérarchie" devrait même être abandonné, au bénéfice de celui de "niveaux d'organisation", ce qui signifie "niveaux de complexité : niveau moléculaire ( à comparer avec le niveau individuel), niveau cellulaire(à comparer avec le niveau du groupe social), niveau des organes (à comparer avec le niveau de l'ensemble humain assumant une certaine fonction sociale), niveau des systèmes (nations), niveau de l'organisme tout entier (espèces) . Aucun niveau n'a de "pouvoir" sur l'autre, mais il s'associe avec lui pour un fonctionnement harmonieux de l'ensemble en relation avec l'environnement." Henri Laborit "La Nouvelle Grille", Editions Robert Laffont.

Le problème avec le système monétaire actuel est que sa structure repose sur des relations de compétition et de pouvoir, incompatibles avec la nôtre. D'où les problèmes humains auxquels elle conduit.

"Donner le pouvoir à ceux qui ne l'ont pas n'exige pas de l'enlever à ceux qui l'ont. Généraliser le pouvoir est l'objectif souhaitable, car dès lors, il n'y aura plus de pouvoir." Henri Laborit , "La Nouvelle Grille"

Nous pouvons alors mettre sur pied un nouveau système financier dont la structure soit similaire à celle de notre organisme, basée non pas sur la compétition, la loi de la jungle ni des marchés occultes, mais sur des échanges transparents et équitables, entre humains civilisés et dignes de ce noms. Nous atteindrions alors une similarité de structure aux niveaux biologique et institutionnel.

c) Similarité de structure entre les niveaux politique et monétaire:

Les pays qui ont impulsé l'accord de Brettonwood se définissent comme démocratiques, ce qui veut dire qu'ils se réfèrent au modèle politique basé sur la reconnaissance des droits de l'homme en opposition aux dictatures, qui se réfèrent au "droit du plus fort". Toutefois la force ne confère aucun droit, ni n'a rien à voir avec le droit, et l'expression "droit du plus fort" est dépourvue de sens, tout comme le "rond carré" de Korzybski.

Sur quelle valeur nos constitutions démocratiques reposent-elle ? Sur notre valeur humaine. Elles sont donc structurellement similaire à notre structure biologique. En conséquence, plutôt que d'adapter nos modèles politiques aux règles du modèle financier qui n'ont pas changé depuis des temps immémoriaux, ce qui se passe actuellement dans le cadre de la mondialisation, nous pourrions plutôt adapter le niveau financier à notre niveau démocratique, et construire un système monétaire basé sur la valeur absolue de la personne humaine, et la valeur relative, symbolique, de l'argent. Nous pourrions alors adopter une valeur conventionnelle de l'argent une fois pour toutes et pour tous les pays, basée sur le même prix pour chaque ressource et pour tous les pays, ce qui nous permettrait d'avoir des échanges positifs pour tous les partenaires, sans conduire inéluctablement à des phénomènes de fluctuations, d'inflation, ni à des crash financiers.

Le résultat serait une similarité de structure aux niveaux biologiques, politique et monétaire.

Alors que les modèles dépassés continuent de générer les mêmes sempiternels problèmes, si nous intégrons aux niveaux humains les nouvelles données de notre évolution scientifique, comme l'a fait Henri Laborit dans le domaine de la biologie, de nouvelles solutions apparaissent, qui ne pouvaient émaner du paradigme rationaliste précédent, basé sur la physique de Newton et la logique de Descartes. (XVII° siècle).

(1) Le chapitre dont sont tirés ces extraits a été retraduit depuis intégralement : Du symbolisme (ch. VI)


II. Application de ces données dans le contexte de la Zone
Retour à : Restructuration: Une économie non-aristotélicienne
Accueil - Présentation de la SG - Alfred Korzybski - Enseignement - 1 + 1 = 3 - Liens - Contact
Liste et contenu des séminaires - Inscription - Conférences - Dreamachines - Publication - Bon de commande